Non, le "bitter cola" n'est pas un remède contre le venin de serpent et de scorpion

Non, le "bitter cola" n'est pas un remède contre le venin de serpent et de scorpion

, publié le lundi 05 octobre 2020 à 19h01

Des publications totalisant des dizaines de milliers de partages sur les réseaux sociaux prétendent que la graine de "bitter cola" guérit et "neutralise" le venin de serpent et de scorpion. Des professionnels de santé interrogés par l'AFP mettent en garde contre ces affirmations non prouvées et rappellent que le seul traitement efficace à adopter en cas de morsure est le sérum antivenimeux. 

Des publications virales prétendent révéler "des informations puissantes sur le bitter cola qu'aucun herboriste ne peut publier sur internet".

Cette graine "peut neutraliser le poison de serpent ou venin de serpent", assure ainsi l'auteure d'une de ces publications, qui totalise plus de 14.000 partages depuis le 15 septembre.


Capture du post viral sur Facebook, réalisée le 30 septembre 2020



Le même message circule depuis au moins 2019 sur des sites web (1, 2) et de nombreuses publications virales sur Facebook (1, 2, 3...).

Une graine très populaire en Afrique tropicale 

Le "bitter cola", qui porte aussi le nom de "garcinia kola" ou "petit cola", est une graine extraite des fruits d'un arbre répandu dans les pays d'Afrique tropicale (Cameroun, RDC, Bénin...), où on lui prête de nombreuses vertus médicinales (1, 2), notamment celle de guérir le paludisme.

 

Les publications le présentant comme un antipoison reçoivent de nombreux remerciements sur les réseaux sociaux.

Les morsures de serpents constituent en effet, selon l'OMS, "un problème de santé publique négligé dans de nombreux pays des régions tropicales et subtropicales".

Dans un rapport de 2019, l'institution note qu'on compte chaque année "entre 81.410 et 137.880 décès dus aux morsures de serpents vénimeux et environ trois fois plus d'amputations et d'incapacités définitives".

En Afrique, entre 435.000 et 580.000 morsures nécessitent un traitement, estimait l'OMS.

"Une fake news"

Contacté par l'AFP, le professeur Bruno Mégarbane, toxicologue à  l'hôpital Lariboisière de Paris, est catégorique.

"C'est une fake news. La garcinia kola connue sous le nom de 'petit cola' ou 'bitter cola', n'a aucune propriété neutralisante du venin de scorpion ou de serpent" et elle "ne tue nullement non plus les serpents si elle est saupoudrée sur la terre", affirme-t-il.

"Rien ne permet de croire en ces allégations", tranche-t-il, en insistant sur le caractère scientifiquement infondé de ces conseils viraux.

"Il existe une abondante littérature sur cette plante qui relate de propriétés médicinales variées. Elle (la graine de bitter cola, ndlr) est tout au plus utilisée dans la médecine africaine pour ses propriétés purgatives et antimicrobiennes, mais sans aucune preuve", explique le professeur Bruno Mégarbane.

"Quelques articles relatent des allégations selon lesquelles le 'bitter cola' aurait des propriétés répulsives sur les serpents ou pourraient traiter les morsures de serpent, mais je n'ai pas trouvé de publications sérieuses qui viendraient démontrer cela", abonde le professeur Marc Litaudon, pharmacien et ingénieur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Le sérum antivenimeux, "seul traitement efficace"

L'OMS rappelle régulièrement les dangers des morsures de serpent.

"Les premiers soins traditionnels tels qu'incision et succion, garrot et compression, peuvent être dangereux et sont donc à éviter", expliquait l'OMS en 2019, en soulignant que "des sérums de qualité sont le seul traitement efficace pour éviter ou supprimer la plupart des effets toxiques des morsures de serpents".

Ces sérums antivenimeux "sont inscrits dans la liste modèle OMS des médicaments essentiels et ils devraient faire partie du minimum de soins de santé primaires à prodiguer en cas de morsure", rappelait-elle. 

Contacté par l'AFP, le centre anti-poison de Bruxelles met également en garde contre l'automédication et conseille de "se rendre à l'hôpital le plus rapidement possible" en cas de morsure ou de piqûre de scorpion.

"Un conseil important est de rester calme parce qu'une augmentation du rythme cardiaque va pomper le venin plus rapidement dans tout le corps. Attacher la partie du corps affectée n'aide pas et aspirer le poison est carrément dangereux pour la personne qui l'avale", souligne notamment Jonas Van Baelen, pharmacien en service au centre anti-poison de Bruxelles.

En 2007, l'OMS estimait qu'"on aurait besoin de plus de dix millions de flacons de sérum anti-venin pour traiter les morsures de serpents et les piqûres de scorpions qui se produisent dans le monde, dont environ deux millions pour la seule Afrique". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.