Non, la seringue avec laquelle le président péruvien a été vacciné n'était pas "factice"

Non, la seringue avec laquelle le président péruvien a été vacciné n'était pas "factice"

, publié le jeudi 11 février 2021 à 17h50

Des publications partagées plus de 1.000 fois en français sur Twitter et Facebook depuis le 3 mars prétendent, images à l'appui, que la seringue utilisée pour vacciner le président péruvien était "factice avec une aiguille rétractable". Ces publications reprennent des vidéos massivement partagées en espagnol sur les mêmes réseaux sociaux. Cette affirmation est fausse. Les images montrent bien l'aiguille entrer dans le bras du président du Pérou et le modèle rétractable utilisé pour la vaccination a été recommandé par l'OMS.

"L'aiguille magique du vaccin qui disparaît dans le bras du président du Pérou ? J'imagine qu'on a la même en France", lit-on sur un post retweeté plus de 1.000 fois qui reprend une vidéo en espagnol. La vidéo fait un zoom sur la seringue, entourée d'un cercle violet, de sa préparation à son extraction du bras du président péruvien, moment auquel l'aiguille n'apparaît plus.


Capture d'écran du 07/04/2021 d'un tweet du 3/03/2021.

La même vidéo a également été publiée sur Facebook (1, 2, 3) et y compte au moins 200 partages. "Voici la vaccination du président du Pérou ! Une seringue factice avec une aiguille rétractable... qui malheureusement pour lui, se rétracte mais ne reprend pas sa position !", écrit l'un des auteurs des publications.


Capture d'écran du 07/04/2021 d'un tweet du 3/03/2021.

"Et l'aiguille, où est-elle ?", s'interrogent dès le 9 février des internautes hispanophones à partir d'un montage photo partagé près de 5.000 fois sur Facebook (1, 2, 3). Les images utilisées reprennent la vidéo de la chaîne de télévision TV Peru avec une faible définition qui rend invisible l'aiguille dès avant la vaccination.

Une seringue recommandée par l'OMS

Le président péruvien a pourtant bien été vacciné le 9 février, jour de lancement dans le pays de la campagne de vaccination contre le Covid-19 avec le vaccin du laboratoire chinois Sinopharm.

L'aiguille est bien visible au bout de la seringue alors que la dose de vaccin y est contenue, avant l'injection dans le bras du président péruvien, selon une vidéo en haute résolution de la vaccination du président fournie par son cabinet et visionnée par l'AFP.


Capture d'écran du 11/02/2021 de la vidéo transmise à l'AFP par le cabinet du président péruvien.

De plus, la seringue employée pour la vaccination du président Francisco Sagasti comporte une aiguille qui se rétracte à l'intérieur de l'appareil après utilisation, comme l'a annoncé avant la vaccination une infirmière de l'hôpital militaire central où se déroulait la scène.

"La seringue est rétractable pour éviter toute erreur et ne pas se piquer lors de son extraction. Après avoir injecté le vaccin, on appuie sur le piston et automatiquement l'aiguille s'introduit à l'intérieur de la seringue."

Les explications de l'infirmière ont été repérées par le service de factchecking du quotidien péruvien La Republica et sont disponibles en ligne sur cette vidéo de la chaîne youtube de TVPeru Noticias (28"02').

L'OMS recommande depuis le début du XXIe siècle l'utilisation de ces "seringues rétractables", dites à "désactivation automatique" qu'elle considère comme "l'équipement de premier choix pour administrer des vaccins". 

"Sur certains modèles, le piston présente une partie frangible qui se casse si l'on essaie de tirer sur le piston une fois qu'il est enfoncé, et sur d'autres modèles encore, l'aiguille se rétracte dans le corps de la seringue à la fin de l'injection", écrivait-elle encore en 2015 dans ses recommandations pour "assurer des injections sûres".

Les seringues du programme Covax

L'Unicef expliquait en février 2021 dans cette vidéo qu'elle compte founir ce type de seringues aux pays les plus pauvres pour leurs campagnes de vaccination contre le Covid-19 dans le cadre du programme Covax afin d'empêcher "les réutilisations des seringues"

Plusieurs vidéos de fabricants de seringues sont disponibles en ligne pour mieux visualiser le fonctionnement des aiguilles rétractables.

Depuis le début des campagnes de vaccinations à travers le monde, de multiples publications ont circulé affirmant que de nombreuses personnalités, notamment politiques, n'ont pas été véritablement vaccinées. L'AFP a vérifié plusieurs fausses allégations concernant notamment Jean Castex, Olivier Véran, Kamala Harris ou Michel Cymes, ou d'autres encore (1,2).

Alors que la pandémie de Covid-19 a causé plus 2,87 millions de morts dans le monde, l'OMS et l'Unicef, appelant à la contribution des états les plus riches, ont souligné la semaine dernière l'écart grandissant entre le nombre de vaccins contre le Covid-19 disponibles pour les pays riches et ceux distribués aux nations plus pauvres par le biais du mécanisme Covax.

Ce système international Covax vise à fournir cette année des doses à 20% de la population de près de 200 pays et territoires, et comporte un mécanisme de financement visant à aider 92 pays défavorisés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.