Non, cette vidéo ne montre pas "une manifestation contre les mesures liées au Covid" à Barcelone

Non, cette vidéo ne montre pas "une manifestation contre les mesures liées au Covid" à Barcelone

, publié le jeudi 18 février 2021 à 12h04

La vidéo d'une manifestation qui a eu lieu le 16 février 2021 à Barcelone est partagée des centaines de fois sur Twitter par des internautes français prétendant qu'il s'agit d'une marche contre "les mesures liées au Covid". C'est faux : lors de ce rassemblement, les manifestants dénonçaient l'interpellation du rappeur Pablo Hasél, condamné à neuf mois de prison en 2018 pour avoir critiqué la monarchie, et arrêté le 16 février.

Sur les images, tournées de nuit, une foule de manifestants défile le long d'une avenue en tapant des mains et scandant un slogan en catalan. 

"Manifestation monstre en Espagne contre les mesures liées au Covid, vidéo mise en ligne il y a moins d'une heure", écrit en légende un internaute français qui a partagé ces images le 17 février. Sa publication cumule depuis plus de 800 retweets.


Capture d'écran prise sur Twitter le 18/02/2021


Capture d'écran prise sur Twitter le 18/02/2021

 

Une recherche d'image inversée grâce à l'outil InVid-WeVerify permet de retrouver la même vidéo, mais de meilleure qualité, publiée le 16 février par le média El Diario sur Dailymotion. Cependant, le journal ne fait pas état de contestations liées aux mesures sanitaires en vigueur, contrairement à ce que prétendent des internautes français.

Il explique que "des milliers de personnes marchent à Barcelone pour réclamer la liberté de Pablo Hasél", un rappeur catalan.

 

 

Pablo Hasél a été arrêté le 16 février au matin, après avoir été condamné en 2018 à neuf mois de prison pour des tweets dans lesquels il insultait les forces de l'ordre espagnoles et la monarchie, comme nous en parlions notamment dans cette dépêche.

L'interpellation du rappeur, devenu pour beaucoup un symbole de la liberté d'expression en Espagne, a provoqué de "graves émeutes" en Catalogne, comme le rapporte un article du média El Periódico. 

Le quotidien explique que lors de ces manifestations, les contestataires catalans ont crié "els carrers seran sempre nostres", qui signifie "les rues seront toujours à nous". Un slogan qu'on entend également en boucle dans la vidéo relayée sur Twitter.

Le journal détaille le parcours des manifestants barcelonais, expliquant que le rassemblement a "commencé vers 19 heures sur la place Lesseps", et que, "peu après, les participants ont commencé à marcher vers l'avenue Riera de Cassoles et la Via Augusta, où il y a eu des affrontements à hauteur du poste de police nationale".

En retraçant cet itinéraire sur Google Maps, un point de vue très similaire à celui de la vidéo est visible, sur l'avenue de la Riera de Cassoles.

Sur cette avenue, les mêmes éléments sont visibles: trois bennes à ordure, un panneau "parking", la devanture d'un magasin, ou encore un feu tricolore à l'arrière-plan.


Capture d'écran prise sur Google Maps le 18/02/2021


Capture d'écran prise sur Dailymotion le 18/02/2021

 

Un second tweet, publié le 16 février, montre une autre vidéo tournée à Barcelone, sur la même avenue. "Silence des médias alors que des milliers et des milliers de personnes sont sorties ce mardi pour protester contre l'emprisonnement de Pablo Hasél", écrit l'internaute qui a posté les images. Il ne mentionne pas non plus les restrictions sanitaires liées au Covid-19. 

Les rassemblements du 16 février à Barcelone et dans plusieurs villes catalanes en soutien au rappeur ont fait une trentaine de blessés, expliquait l'AFP dans cette dépêche du 17 février. Ils se sont poursuivis le lendemain, conduisant à de nouveaux heurts avec la police. 


Des contestataires ont lancé des briques et des pierres à la police catalane le 17 février, lors d'un rassemblement contre l'emprisonnement du rappeur Pablo Hasel. (AFP / Josep Lago)

Selon un bilan provisoire de la police autonome catalane, au moins 29 personnes ont été arrêtées. A Madrid, la police a fait état de 14 interpellations après des affrontements qui ont fait au moins neuf blessés.

Si cette vidéo ne montre donc pas des manifestations contre les restrictions sanitaires, des milliers d'Espagnols avaient toutefois manifesté fin janvier contre le couvre-feu et la restriction de la mobilité entre régions imposés par le gouvernement, pour tenter de contenir l'épidémie, comme nous l'expliquions dans cette dépêche du 26 janvier. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.