Non, cette vidéo ne montre pas un ministre africain en train de "boxer" un de ses collaborateurs

Non, cette vidéo ne montre pas un ministre africain en train de "boxer" un de ses collaborateurs

, publié le jeudi 17 septembre 2020 à 18h00

Des publications virales sur les réseaux sociaux ces derniers jours prétendent montrer une vidéo d'un ministre tentant d'asséner des coups de poing à son directeur de cabinet. Certaines de ces publications affirment que la scène se passe en Guinée, d'autres en Guinée équatoriale. Selon nos recherches, cette séquence, filmée en 2016, montre en réalité un étudiant en colère s'en prenant à l'un de ses professeurs sur le parking de l'Université nationale de Guinée équatoriale. 

La vidéo, diffusée notamment par une publication Facebook partagée plus de 9.600 fois depuis le 4 septembre, montre une altercation entre deux hommes en costume: l'un multiplie les tentatives de coups de poings à l'endroit du second, qui essaie tant bien que mal de les esquiver, quitte à se réfugier derrière un véhicule.

La scène se déroule sur un parking devant de nombreux spectateurs, qui ne réagissent pas. 

"Une séance de boxe entre le Ministre Guinéen et son Direcab. l'Afrique, Quel exemple ?" (sic), ironise, ajoutant des émoticônes rigolards, l'auteure de cette publication virale.

"Le ministre en a marre du directeur qui ne fout rien", croit savoir un internaute, en commentaire.


Capture d'écran Facebook réalisée le 17 septembre 2020

Plusieurs autres publications sur Facebook (1, 2, 3) et Twitter (1, 2) ont également diffusé cette vidéo avec la même explication.

D'autres affirment qu'il s'agit plutôt d'un ministre de Guinée-Equatoriale, pays situé à plus de 2.000 kilomètres de la Guinée (1, 2, 3, 4, 5). 

Une scène filmée en Guinée équatoriale, pas en Guinée 

Une recherche d'image inversée, procédé qui permet généralement de retrouver les précédentes apparitions de photos ou vidéo sur internet, avec les moteurs de recherche Yandex et Google Images ne donne aucun résultat.

Le correspondant de l'AFP en Guinée, Carol Valade, dément que la scène se passe dans le pays.  

"Les plaques d'immatriculation ici sont rouges (standard) vertes (officielles) noires (armée) ou bleues (temporaires) blanches et rouges (entreprises publiques) mais jamais totalement blanches", relève-t-il.

Par contre, "en Guinée équatoriale, les plaques officielles sont blanches", souligne-t-il. 

Les plaques visibles sur le parking sont en effet d'un format (deux lettres, trois chiffres, une lettre) qui correspond à ceux de ce pays, comme on peut le voir sur un blog recensant les plaques minéralogiques du monde entier. 


Capture d'écran de la publication Facebook


Le correspondant de l'AFP en Guinée équatoriale, Samuel Obiang, confirme en effet que la vidéo a été prise à Malabo, la capitale équato-guinéenne. 

"La scène a précisément été filmée dans la cour de l'université nationale de Guinée équatoriale (UNGE), laquelle est située en face de l'hôtel Tropicana dont la toiture est visible sur la vidéo", détaille Samuel Obiang. 

En visionnant la publication, on peut également repérer plusieurs indices visuels: un lampadaire (cercle bleu), une cabane au toit bleu (rectangle rouge), une grille (flèche jaune), des panneaux indicateurs dans la rue à l'extérieur de l'enceinte (rectangle jaune), et un grand arbre (rectangle vert). 

Après une recherche sur YouTube avec les mots-clé "Universidad Nacional de Guinea Ecuatorial UNGE", nous retrouvons une vidéo postée en 2015 montrant une grève des étudiants de cet établissement. On retrouve les mêmes indices visuels que sur les publications que nous vérifions.


Capture d'écran de la publication Facebook


Capture d'écran de la vidéo YouTube


 

Nous retrouvons également une version un peu plus longue de la vidéo virale dans laquelle apparaît, avant la scène de bagarre, une statue qui trône au milieu de la cour de l'UNGE (rectangle rouge ci-dessous). 


Capture d'écran de la version plus longue, prise le 17/09/2020


Capture d'écran Youtube prise le 17/09/2020

 

Un "étudiant" en échec s'en prenant à un professeur 

Plusieurs sources locales ont expliqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un étudiant qui s'en était pris publiquement à l'un de ses professeurs il y a plusieurs années. 

Il s'agit de "Filiberto Monayong, chef du département de philologie hispanique et des sciences de l'information à l'université nationale de Guinée équatoriale, recevant des coups de poing d'un étudiant en journalisme", a affirmé Leopoldo Eneme, ancien étudiant de la UNGE aujourd'hui journaliste.

Il existait un département portant cette dénomination lors de l'année scolaire 2015-2016, selon un document disponible sur le site de l'UNGE.

Selon Mariano Nguema, un autre ancien étudiant de l'UNGE désormais professeur d'appui dans cet établissement universitaire, la scène s'est déroulée en mars 2016.

"L'étudiant avait déjà échoué deux fois sa thèse et ce double échec l'a rendu rageux à l'endroit de M. Monayong", raconte-t-il. 

"L'affaire ayant fait grand bruit, le recteur les a donc convoqués tous les deux pour comprendre ce qui n'allait pas. L'étudiant a prononcé des propos durs également à l'endroit du recteur. Entre-temps, l'enseignant est à l'extérieur. Lorsque l'étudiant sort de la salle de réunion et trouve l'enseignant dans la cour de l'université, il commence à le rouer de coups" a raconté Mariano Nguema.

Nous avons retrouvé un profil sur Facebook et LinkedIn au nom de Filiberto Monayong, actuellement responsable du département de communication à l'UNGE. Il n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP. 

Une recherche sur YouTube avec ces nouveaux éléments corrobore toutefois cette explication.

On retrouve une séquence vidéo plus longue (1'09), postée en 2018 et intitulée en espagnol: "ils frappent Filiberto monayon professeur à l'unge" (sic).

On y voit notamment l'agresseur s'éloigner, sortant du champ de la caméra d'un pas décidé, puis revenir et tenter alors d'infliger des coups de poing à l'autre.

A l'issue de la bagarre, deux hommes en costume lui apportent des bouteilles d'eau, laissant supposer que son statut est supérieur à celui d'un simple étudiant.

Des étudiants de l'UNGE interrogés par Les Observateurs ont toutefois indiqué que "des personnes plus agées, notamment des fonctionnaires, pouvaient parfois se retrouver sur les bancs de l'université pour poursuivre leurs études", écrit le site qui a également vérifié ces publications.

Tous ces élements nous permettent d'affirmer que cette vidéo tournée à l'université de Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, ne montre pas une altercation entre un ministre et l'un de ses collaborateurs.

Edit du 18/09: ajoute éléments donnés par le site Les Observateurs

Vos réactions doivent respecter nos CGU.