Non, cette photo ne montre pas l'armée polonaise protéger des manifestants face à la police à Varsovie

Non, cette photo ne montre pas l'armée polonaise protéger des manifestants face à la police à Varsovie

, publié le mercredi 07 avril 2021 à 16h14

Depuis le début du mois d'avril, de nombreux internautes ont relayé une photo montrant un rang de policiers faisant face à des soldats polonais. Selon les publications, l'armée a formé ce cordon pour protéger des manifestants. C'est faux : ces soldats sont membres d'un groupe paramilitaire qui participait à un rassemblement contre les mesures de restrictions liées au nouveau coronavirus à Varsovie.

Sur la photographie, qui a été partagée plus de 1.500 fois sur Facebook et Twitter depuis le 3 avril, des policiers en casques de protection blancs et de supposés soldats en tenue de camouflage et bérets noirs se font face (ici, ici, ou ici).


Capture d'écran Facebook, prise le 8 avril 2021

"En Pologne, les militaires ont créé un barrage entre les policiers et les manifestants pour protéger le droit d'expression bafoué aujourd'hui presque partout dans le Monde", peut-on lire dans l'une de ces publications.

Des posts identiques existent en allemand (ici, ici, ici), danois et italien.

Dans l'une des publications en allemand, l'AFP a trouvé le commentaire d'un internaute affirmant que les militaires ne sont pas vraiment des soldats de l'armée et donnant un lien vers le site internet du groupe paramilitaire polonais Pancerni Poznań.

Il se décrit comme un groupe "patriotique" fondé en décembre 2020 dont les objectifs sont, entre autres, d'éduquer la population sur la culture et l'histoire polonaise et d'aider les victimes de la pandémie.

En fouillant la page Facebook et la chaîne Youtube de Pancerni Poznan, nous avons retrouvé une vidéo de deux heures, diffusée en direct le 20 mars 2021. La vidéo s'intitule "Marche pour la liberté 4" et on peut y voir l'image diffusée sur les réseaux sociaux :


Capture d'écran de la publication virale (à gauche) et de la vidéo Youtube (à droite)

Les éléments visuels concordent : un groupe de policiers et de soldats disposés à l'identique, avec un porte-vélos entre eux. En arrière-plan sur les deux photos, on peut distinguer une maison blanche située sur la rue Polna, près de la faculté d'électronique et d'informatique de Varsovie.

Dans un autre passage de la vidéo, qui montre un plan plus large de la scène, on peut voir un badge sur la veste de l'un des soldats présumés, appartenant bien à Pancerni Poznań.

Sous le badge, on peut en effet lire le slogan "Nie widzicie ale już słyszycie", qui se traduit par "Vous ne pouvez pas nous voir, mais vous pouvez nous entendre", que Pancerni Poznań utilise sur son site. 


Capture d'écran du soldat sur l'image (à gauche) et de l'insigne du groupe paramilitaire (à droite)

Une comparaison avec les insignes et les couvre-chefs de l'armée polonaise montre également qu'ils ne correspondent pas aux vêtements des soldats de cette vidéo.

Le 20 mars, il y a bien eu un rassemblement contre les mesures de restrictions liées au nouveau coronavirus à Varsovie. Les médias polonais ont fait état (ici, ici, ici) des manifestations.

Une vidéo en direct du média d'investigation "OKO.press" montre le face à face entre la police et des manifestants, y compris ceux de Pancerni Poznań, près du bâtiment de la faculté de Varsovie.

Pancerni Poznań avait d'ailleurs appelé à participer à la manifestation sur son site.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.