Non, cette image ne montre pas l'enterrement d'un enfant tué dans le massacre de Kumba au Cameroun

Non, cette image ne montre pas l'enterrement d'un enfant tué dans le massacre de Kumba au Cameroun

, publié le vendredi 06 novembre 2020 à 13h47

Le massacre le 24 octobre de sept enfants dans une école de Kumba, dans le sud-ouest du Cameroun, a suscité indignation et colère. Dans cette vague d'émotion, de nombreux internautes diffusent une photo d'écoliers portant un cercueil d'enfant, affirmant qu'il s'agit de la dépouille d'une victime du massacre accompagnée par ses camarades de classe. Mais ce cliché n'a en réalité rien à voir avec la tragédie de Kumba: il a déjà circulé ces dernières années sur internet, notamment en 2014 pour évoquer un autre drame, la mort d'une fillette en Tanzanie.

La photo a été diffusée par de nombreuses publications depuis la sanglante attaque d'une école le 24 octobre dans la localité de Kumba, dans la région anglophone du Sud-Ouest, qui a tué au moins sept enfants âgés de neuf à 12 ans, selon un bilan officiel.

On y voit une douzaine d'enfants, en chemise blanche, la mine grave, porter un cercueil de petite taille. 


Capture d'écran Facebook, réalisée le 4 novembre 2020

L'auteur d'une de ces publications, partagée près de 500 fois depuis le 27 octobre, se désole de cette scène "vraiment triste". Il s'agit selon lui du "premier enfant décédé à enterrer".

Cette attaque de Kumba a été menée par une dizaine d'hommes, munis d'armes de guerre, qui ont fait irruption en moto dans l'enceinte du complexe scolaire privé dénommé Mother Francisca International Bilingual Academy avant d'ouvrir froidement le feu sur des élèves dans leur classe.

Le gouvernement et les séparatistes se rejettent mutuellement la responsabilité de cette tuerie.

Depuis trois ans, les régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest sont le théâtre d'un conflit sanglant entre l'armée camerounaise et des séparatistes armés.

Photo déjà utilisée au Togo et en Tanzanie

Cette photo a été abondamment utilisée sur les réseaux sociaux au Cameroun soit pour se scandaliser du drame de Kumba (1, 2, 3, 4, 5), ou encore interpeller le président camerounais Paul Biya sur Twitter (1).

On la retrouve aussi dans un hommage en vidéo (à 0'37) aux victimes du massacre de Kumba.

A l'aide d'une recherche d'image inversée sur Google images, on constate qu'elle a déjà été utilisée en 2018 par un blog togolais prétendant montrer l'enterrement d'un enfant "tué par les forces de l'ordre de Gnassingbé", le président du Togo, à la suite de violentes manifestations dans le pays. 


Capture sur ipeavaeafaf.blogspot.com, réalisée le 6 novembre 2020


Parmi les résultats de cette recherche d'images inversée, on remarque également des publications de blogueurs tanzaniens d'octobre 2014 (1, 2, 3). 


Capture des résultats de la recherche d'image inversée, réalisée le 4 novembre 2020

Traduits du swahili par Mary Kulundu, fact-checkeuse AFP au Kenya, ces articles relatent à chaque fois, la mort d'une élève d'une école primaire de Dar es Salaam âgée de sept ans, "brutalement assassinée après avoir été violée, égorgée et mutilée"

En insérant dans la barre de recherche le titre en swahili de l'un des articles, nous retrouvons cette photo parmi d'autres  clichés liés au le drame de la fillette tuée à Dar es Salaam. 


Capture des résultats de la recherche avec un titre en swahili sur Google images, réalisée le 4 novembre 2020

Sur un forum public d'Afrique de l'Est intitulé jamiiforums.com apparaissent quatre autres photos publiées le 13 octobre 2014 liées à cet événement.

Sur deux de ces quatre photos, on remarque des éléments communs avec celle de la photo virale au Cameroun: le petit cercueil avec des liserets caractéristiques s'apparente à celui de la photo que nous vérifions (flèches rouges) et les écoliers portent des uniforme blanc et bleu marine similaires (carré bleu).


Capture d'écran de la publication Facebook (à gauche) et de deux photos sur le site Jamiiforums (à droite), réalisées le 6 novembre 2020

Sur les photos figure également le nom de la fillette, Glori Tumaini Meta, et ses dates de naissance et de décès, le 10 octobre 2014.

Son nom est repris dans un hommage qui lui est rendu en swahili dans un article associé à des photos visiblement prises lors de ses obsèques. 


Captures d'écran sur le blog nuruthelight.blogspot.com, réalisée le 4 novembre 2011


Une recherche sur Facebook avec le nom de cette fillette nous montre que la même image, accompagnée d'un texte, a été également utilisée dans des publications Facebook du 14 octobre 2014 en swahili évoquant ce drame de Dar es Salaam (1, 2, 3, 4, 5).

L'AFP n'a pu obtenir plus d'informations sur cet épisode, ni de confirmation formelle que cette photo d'un cercueil porté par des enfants a bien été prise lors de l'enterrement de cette fillette en Tanzanie.

Mais il est certain que ce cliché date au moins de 2014 et n'a donc aucun lien avec la tuerie de Kumba.

Les sept victimes de la tuerie de Kumba ont été enterrées le 5 novembre 2020 à Kumba au terme d'une cérémonie officielle commune, diffusée notamment sur la page Facebook officielle de la télévision nationale CRTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.