Non, Anthony Fauci et Mark Zuckerberg n'ont pas échangé un email sur la vaccination "avant la pandémie"

Non, Anthony Fauci et Mark Zuckerberg n'ont pas échangé un email sur la vaccination "avant la pandémie"

publié le lundi 07 juin 2021 à 20h39

Une publication, partagée plus d'un millier de fois sur Facebook en 48 heures, affirme, capture d'écran d'une échange de mails à l'appui, que le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, et le conseiller médical à la Maison Blanche Anthony Fauci, ont échangé sur un projet de vaccination contre le Covid-19 alors que "l'épidémie n'avait pas encore commencé". Cet email fait bien partie d'une série de correspondances électroniques du scientifique américain rendues publiques conjointement par le Washington Post et Buzzfeed, mais l'épidémie avait commencé quelques mois plus tôt, faisant déjà plus 2.700 morts à la date de cet email. Par ailleurs, les Etats-Unis et Anthony Fauci avaient publiquement fait part des projets américains de développement d'un vaccin, et ce bien avant cet échange."L'épidémie n'avait pas encore commencé qu'ils avaient déjà un vaccin", peut-on lire sur cette capture d'écran. Nous sommes alors le 27 février 2020. Dans l'échange d'emails, le fondateur de Facebook propose en substance des ressources de sa fondation pour accélérer ou soutenir le démarrage de la phase de tests chez l'être humain d'un candidat vaccin contre le Covid-19.

Il fait référence à une déclaration d'Anthony Fauci selon laquelle une phase de test chez l'être humain doit débuter six semaines plus tard. Anthony Fauci lui répond le lendemain qu'il s'attend à ce que le lancement de la phase de tests se fasse sans accrocs, mais qu'il faudra encore plusieurs mois pour déterminer si le candidat-vaccin (Moderna) est "sûr".

"Tout était prévu", "que font les autorités?", "c'est ce que je pensais tout était prêt, c'était une pandémie clé en main incluant le vaccin tueur", s'insurgent plusieurs personnes dans les commentaires.

Capture d'écran Facebook, prise le 7 juin 2021Nous avons effectivement retrouvé cet échange d'emails dans la base de données de courriers électroniques rendus publics par le site d'information en ligne Buzzfeed (voir détails sur les conditions d'obtention des emails plus bas).

Capture d'écran du site Buzzfeednews.comMais il n'a en aucun cas été envoyé "alors que l'épidémie n'avait pas encore commencé".

Si l'OMS n'a requalifié l'épidémie en "pandémie" que le 11 mars, la transmission du virus à travers les frontières a débuté au plus tard le 13 janvier, avec un cas détecté en Thaïlande. Petit à petit, de plus en plus de pays font état de malades sur leurs sols, avec des cas de contamination en-dehors de Chine, détectées le 28 janvier 2020 chez des patients n'ayant pas voyagé. Les Etats-Unis avaient fait état de leur premier cas détecté le 21 janvier 2020, soit plus d'un mois avant cet échange de mails.

À la date de l'échange entre l'entrepreneur et le scientifique, l'épidémie avait causé au moins 2.700 décès à travers le monde.

Anthony Fauci lors d'une conférence de presse à Washington, le 7 février 2020 ( AFP / Olivier DOULIERY)De plus, et contrairement à ce que laissent penser les publications Facebook qui nous intéressent, le développement de ces candidats vaccins ne s'est pas fait dans le secret, et des médias en faisaient état bien avant cet échange de mails.

Comme dans ces dépêches AFP en français (23 janvier 2020) et en anglais (9 février 2020) qui évoquaient déjà ces projets de développements de vaccins.

Le 12 février 2020, près de deux semaines avant ces emails, une haute responsable scientifique de l'OMS, Soumya Swaminathan expliquait qu'un premier vaccin qui pourrait faire l'objet de tests sur l'homme au mois d'avril 2020 était élaboré par la société Moderna aux Etats-Unis, en collaboration avec les National Institutes of Health (NIH) américains.

Une information confirmée publiquement par Anthony Fauci lors d'une conférence de presse le 25 février 2020, là encore avant que cet échange d'emails n'ait lieu (à partir de 12'14 dans la vidéo).

L'obtention des emailsContrairement à ce que prétendent certaines publications Facebook, les quelque 4.000 pages d'emails du Dr Fauci ne proviennent pas d'une "fuite" explosive de documents confidentiels, qui serait par exemple comparable à la publication par WikiLeaks de dizaines de milliers de télégrammes diplomatiques confidentiels en 2010-2011.

L'obtention par le Washington Post et BuzzFeed News de courriels du conseiller de la présidence des Etats-Unis sur la pandémie procède, en réalité, d'une loi de 1967, le Freedom of Information Act (FOIA), qui permet à tout citoyen de demander un accès aux documents de "n'importe laquelle des agences fédérales", peut-on lire sur le site officiel dédié à cette loi.

Selon de très nombreuses publications Facebook, ces emails révèleraient l'existence d'une "magouille à tous les étages" sur la pandémie de Covid-19 pour, entre autres, imposer le port du masque, dissimuler l'origine du virus ou discréditer l'hydroxychloroquine. Selon les courriers électroniques consultés par l'AFP, ces interprétations sont fausses. Retrouvez notre article complet, ici.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.