Non, Alpha Condé n'a pas "chuté" durant son meeting de fin de campagne en Guinée

Non, Alpha Condé n'a pas "chuté" durant son meeting de fin de campagne en Guinée

, publié le dimanche 18 octobre 2020 à 13h30

Des publications partagées et aimées plusieurs centaines de fois sur les réseaux sociaux depuis le 16 octobre prétendent montrer une photo d'Alpha Condé, le président guinéen âgé de 82 ans, soutenu par ses gardes du corps après avoir chuté durant le dernier meeting de sa campagne pour l'élection présidentielle. C'est faux: une vidéo de l'événement trouvée par l'AFP montre qu'il s'appuie brièvement sur un de ses gardes du corps pour descendre de l'estrade, à la suite d'un problème de micro.

"Il ne tient plus debout", le président candidat à sa réélection serait un "cadavre" qui aurait "chuté en plein meeting électoral"...

Des publications virales, partagées plusieurs centaines de fois depuis le 16 octobre sur Facebook (1, 2, 3, 4, 5) et Twitter (1, 2) prétendent montrer une photo du président guinéen Alpha Condé soutenu après une chute d'une estrade d'où il donnait un discours.

Ce jour-là, Alpha Condé tenait son meeting de fin de campagne au stade du 28-Septembre à Conakry, à deux jours du scrutin présidentiel qui oppose douze candidats, dont le président en exercice et son principal opposant Cellou Dalein Diallo. 


Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 18 octobre 2020

Cette image, qui est venue alimenter les critiques sur son âge (82 ans), a été détournée: Alpha Condé n'a pas chuté mais a été soutenu brièvement par un de ses gardes du corps pour descendre de l'estrade après que son discours a été interrompu par un problème du système d'amplification. 

Une vidéo retrouvée par l'AFP sur les réseaux sociaux grâce à une recherche par mots-clés sur Facebook ("discours Alpha Condé stade"), diffusée par un média local, montre l'intégralité de la scène.

On y voit, à 9 minutes et 11 secondes, Alpha Condé descendre de l'estrade où il est perché, s'appuyant brièvement sur un garde du corps.



Plusieurs éléments permettent de confirmer qu'il s'agit bien de la même scène.

Le président est vêtu du même boubou blanc et porte la même casquette jaune ; les bras de son garde du corps (cercle violet) qui le soutient sont positionnés de manière identique sur les deux images ; le même homme en uniforme militaire et béret rouge (cercle rouge) se trouve derrière eux ; enfin, la même femme portant un collier (carré bleu) est présente à ses côtés sur les deux images.


Capture d'écran d'une publication Facebook prise le 18 octobre 2020


Capture d'écran d'une vidéo Facebook prise le 18 octobre 2020

 

Problèmes de son

Lors de ce dernier meeting, M. Condé a défendu son action pendant dix ans à la tête du pays, en faveur de la croissance, de l'industrie, du désendettement.

Il s'est moqué de ses adversaires et du premier d'entre eux, Cellou Dalein Diallo, qui a régulièrement contesté sa faculté physique et intellectuelle à diriger le pays à 82 ans.

Évoquant ensuite la période actuelle comme une quatrième "révolution industrielle", Alpha Condé proclamait que "l'heure est venue de s'occuper du social" quand les haut-parleurs se sont brutalement tus, laissant la foule enthousiaste dans l'attente, comme l'a relaté l'AFP.

Dans la vidéo de la scène retrouvée par l'AFP, ce problème de son apparaît vers 8 minutes et 30 secondes: Alpha Condé essaie alors de parler dans le micro mais aucun son ne sort des haut-parleurs.

M. Condé et son entourage ont alors brièvement cherché une parade, avant qu'il ne renonce et se retire, en descendant donc de l'estrade où il se tenait, provoquant la fin prématurée de la manifestation.

Election sous tension 

L'élection présidentielle, dans ce pays de 12 à 13 millions d'habitants parmi les plus pauvres du monde malgré ses immenses ressources naturelles, se tient dans un climat de tension et d'inquiétude.

Depuis des mois, l'opposition s'est mobilisée contre la perspective d'un troisième mandat de M. Condé, élu en 2010 et réélu en 2015. Ce mouvement de contestation a été durement réprimé. Des dizaines de civils ont été tués.

Le nombre de mandats présidentiels est limité à deux. Mais pour Alpha Condé, la Constitution qu'il a fait adopter en mars pour, dit-il, moderniser le pays remet son compteur à zéro.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.