Ni la France, ni l'Algérie n'ont annoncé la participation de l'armée algérienne aux opérations militaires au Sahel 

Ni la France, ni l'Algérie n'ont annoncé la participation de l'armée algérienne aux opérations militaires au Sahel 

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 22h59

Des publications circulant sur les réseaux sociaux depuis février prétendent que le président français Emmanuel Macron a officiellement annoncé "la participation de l'armée algérienne aux opérations en zone Sahel" sous le commandement de la France. En réalité, le président Macron avait auparavant évoqué "un réengagement algérien", sans plus de détails, donnant lieu à différentes interprétations. L'Elysée et le président algérien Abdelmadjid Tebboune ont par ailleurs démenti l'information. 

"Algérie : ALERTE INFO. Macron annonce officiellement la participation de l'armée algérienne aux opérations en zone Sahel sous le commandement de l'armée", annonce une publication sur Facebook partagée le 19 février.


Capture d'écran prise sur Facebook le 4 mars 2021.

Sur le visuel qui l'accompagne, où figure côte à côte une photo de M. Macron et de soldats, le texte en arabe précise : "L'armée algérienne va participer sous le commandement de la France". 


Capture d'écran prise sur Facebook le 4 mars 2021.

La même information est également diffusée en arabe, comme ici, partagée 260 fois depuis le 18 février.

Information démentie

Sauf que l'information qui apparaît sur les réseaux sociaux, ne figure sur aucun site officiel des autorités algériennes. 

Elle a au contraire été démentie par le ministère algérien de la Défense dès le 21 février. 

"Certaines parties et porte-voix de la discorde ont relayé via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux des allégations (...), proférant que les actions et les opérations menées par l'institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas (...) émanant de parties étrangères, et que l'Armée Nationale Populaire s'apprête à envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel, ce qui est faux et inadmissible", affirme le communiqué.

"Le Ministère de la Défense Nationale dément catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses", est-il ajouté. 

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a également démenti l'information lors d'un entretien télévisé accordé à des responsables de médias nationaux le 1er mars.

L'ambassade de France en Algérie a de son côté réagi le 3 mars, déclarant qu'elle "dément formellement les fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux concernant des propos prêtés au Président de la République française".


Capture d'écran prise sur Twitter le 4 mars 2021.

"Lors de la conférence des chefs d'Etat des pays membres du G5 Sahel, le Président Macron n'a jamais affirmé que l'Algérie avait pris l'engagement d'une intervention militaire dans le cadre de cette force". Il "s'est félicité du réengagement politique de l'Algérie suite à la tenue de la réunion du comité de suivi de l'accord d'Alger à Kidal le 11 février", précise le communiqué. 

Origine des publications 

En effectuant des recherches sur le sujet, nous constatons que la fausse information a effectivement commencé à circuler sur les réseaux sociaux au lendemain du sommet de la force G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Burkina Faso), qui s'est tenu à N'Djamena au Tchad les 15 et 16 février.

Le président français, qui s'était exprimé à l'issue du sommet lors d'une conférence de presse à l'Elysée, avait évoqué un "réengagement de l'Algérie" au Sahel, sans plus de détails. 

"On a aussi proposé à des États, en particulier de la région et les États côtiers de se greffer aux opérations menées par les forces internationales", avait-il affirmé, après avoir mentionné la task force Takuba appuyant l'armée malienne.

Et de poursuivre : "Lors de ce sommet de N'Djamena, nous avons eu clairement un premier signal aussi de réengagement de la nouvelle administration américaine (...). Nous avons également eu une confirmation d'un réengagement algérien et marocain dont je me félicite, car il est important pour la stabilité de la région".

Si la mention du "réengagement" pouvait laisser matière à interprétation, le président français n'a pas mentionné d'opération de l'armée algérienne en dehors de ses frontières et sous le commandement de la France, comme prétendu par des publications sur les réseaux sociaux.

L'intégralité de la vidéo est disponible ici ainsi que le texte intégral ici. 

Doctrine militaire 

L'éventualité d'une intervention de l'armée algérienne en dehors de ses frontières est soulevée depuis l'adoption de la nouvelle Constitution algérienne, à l'issue d'un référendum le 1er novembre 2020. 

En effet, la nouvelle Loi fondamentale stipule dans son article 31 que "l'Algérie peut, dans le cadre du respect des principes et objectifs des Nations Unies, de l'Union Africaine et de la Ligue des Etats Arabes, participer au maintien de la paix". 

L'article, qui ouvre la voie à un possible déploiement de l'armée algérienne à l'étranger, fait craindre un changement de doctrine militaire en Algérie, pays qui écarte actuellement toute intervention hors de ses frontières.

Si cet éventuel changement a été salué par certains pays occidentaux, il a suscité de nombreuses critiques en Algérie.

Edit 4/03 : ajout du démenti du président algérien Abdelmadjid Tebboune.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.