"Mort aux Blancs" : attention, cette photo a été manipulée

"Mort aux Blancs" : attention, cette photo a été manipulée

, publié le mercredi 24 juin 2020 à 11h24

Une photo partagée plusieurs milliers de fois sur Twitter depuis le 20 juin est présentée comme montrant deux hommes ayant tagué l'inscription "Mort aux Blancs" sur la statue de la République, à Paris. Cette image est aussi utilisée pour illustrer des articles sur le "racisme anti-blanc". Problème : il s'agit d'une image manipulée, réalisée à partir d'une photo prise en janvier 2015 lors d'un hommage aux victimes des attentats jihadistes.

"Imaginez un blanc qui irait à Alger taguer un 'mort aux arabes'. Son espérance de vie serait d'environ 14 secondes", écrit l'auteur du tweet.


Capture d'écran Twitter prise le 24/06/2020

La photo est également utilisée pour illustrer plusieurs articles de site d'extrême droite au sujet du "racisme anti-blanc" (comme ici et ici).


Capture d'écran Facebook prise le 24/06/2020


Capture d'écran Twitter prise le 24/06/2020

 

Pour autant, une recherche d'image inversée permet de retrouver le cliché original sur la banque d'images Shutterstock.

Le voici ici - sans l'inscription "Mort aux Blancs".


Capture d'écran du site shutterstock.com prise le 24/06/2020

La légende indique que la photo a été prise le 11 janvier 2015 à Paris, lors d'un rassemblement en hommage aux victimes des attentats jihadistes survenus la semaine précédente à Paris.

"Ca me dérange qu'elle ait été utilisée pour propager la haine. Elle ne représentait absolument pas ça. Ce sont deux hommes qui manifestaient contre le terrorisme et la haine", a expliqué le 24 juin à l'AFP l'auteur de la photo, Samuel Areny.

D'autres photos, prises le même jour par Samuel Areny, confirment que l'inscription "Mort aux Blancs" a été rajoutée.


Capture d'écran du site shutterstock.com prise le 24/06/2020

Un simple zoom sur l'image manipulée permettait également de mettre à jour le montage.


Capture d'écran Twitter prise le 24/06/2020

Vos réactions doivent respecter nos CGU.