La graine de ricin n'est pas "un puissant contraceptif" et peut-être très toxique

La graine de ricin n'est pas "un puissant contraceptif" et peut-être très toxique

publié le lundi 13 septembre 2021 à 12h42

De nombreuses publications sur Facebook et des articles en ligne affirment que les graines de ricin, le fruit d’un arbrisseau originaire d’Afrique tropicale, sont efficaces pour éviter une grossesse. C'est faux, selon des spécialistes de santé contactés par l'AFP, qui recommandent les méthodes contraceptives scientifiquement homologuées. Et attention, ces graines sont toxiques, mettent-ils en garde."Vous en avez marre de prendre chaque fois des pilules contraceptives ? Voici une solution pour vous : La graine de Ricin est un contraceptif naturel puissant", affirme l’auteur d’une publication sur Facebook partagée 120 fois depuis le 25 août 2021. "Avec cette graine vous pouvez faire l’amour tous les jours sans préservatifs et ne pas tomber enceinte", promet-il. Cette affirmation fait l’objet de plusieurs articles en ligne (1, 2, 3…) et autres publications sur Facebook (1, 2, 3…). 

Capture d'écran d’une publication Facebook, réalisée le 9 septembre 2021Les auteurs de certaines de ces publications proposent même une posologie. "Dans un fruit, vous y trouverez trois graines. Pour une contraception d’un an, vous n’aurez qu’à avaler une et une seule graine avec de l’eau simple. Contraceptif naturel", lit-on dans un article en ligne. Mais il prévient ses lecteurs: il "décline toute responsabilité en cas de conséquences liées au surdosage. Une grossesse peut intervenir malgré la prise de la graine, c’est une question d’organisme", dit-il. 

Scientifiquement contestableAutant d’affirmations que les spécialistes de santé contactés par l’AFP démentent. "Non, la graine de ricin n’est pas un contraceptif", tranche Dr Abdoulaye Diop, gynécologue-obstétricien, en service à la clinique Nest, à Dakar au Sénégal. 

Les graines de ricin semblent avoir été utilisées pour éviter les grossesses bien avant ces publications sur Facebook. D'après une étude d’universitaires nigérians et sud-africains, l'utilisation de la graine de ricin "pour la contraception est une pratique ancienne chez les femmes Rukuba de l'État du Plateau au Nigeria, qui mâchaient 2-3 graines pour une couverture contraceptive d'un an".

Mais son efficacité est "non scientifiquement démontrée", explique la professeure Sylvie Michel de la faculté de pharmacie de Paris, à l'université Paris Descartes. Elle évoque deux articles publiés sur le sujet. "Mais les données publiées chez l'homme ont porté sur un tout petit nombre de volontaires et sont de ce fait scientifiquement contestables".

Le Dr Jackson Mutuku Mutinda, gynécologue obstétricien en service à Nairobi au Kenya, préfère, lui, proposer des méthodes de contraception approuvées par l’organisation mondiale de la santé (OMS) Il cite bien sûr les préservatifs mais aussi les diaphragmes et les capes cervicales, qui se placent dans le vagin lors d'un rapport sexuel afin d'empêcher le passage des spermatozoïdes vers l'utérus. Sans oublier la pillule, le stérilet.

Dr Kigen Bartilol, son confrère, en service au Ben-Ammi Medical Centre à Nairobi, dresse la liste des moyens de contraception recommandés au Kenya dans le cadre du planning familial. Parmi eux, la méthode hormonale, "constituée de pilules, des injections, du stérilet hormonal", les préservatifs masculins et féminins, les dispositifs intra-utérin. En revanche, "il n'y a pas d'utilisations contraceptives connues avec les graines de ricin", conclue-t-il. 

Hautement toxiqueDe plus, Patrick de Cock, porte-parole du centre antipoisons de Belgique, prévient que la ricine, contenue dans la graine de ricin est "hautement toxique". Il explique qu’en pratique, une dose orale mortelle pour un adulte nécessite environ dix graines de ricin. De fait, conseille-t-il, "ce n'est pas une bonne idée de prendre de la ricine, même pas comme contraception. Il n'est pas judicieux de consommer ne serait-ce qu'un seul grain".

Une étude publiée par l’université de la Sorbonne en France, révèle que la "plante - le ricin - est dangereuse car elle contient de nombreux alcaloïdes et une substance protéique extrêmement toxique, la ricine, en particulier au niveau des graines". L’étude signale que "sans la consommer, toucher la plante (les fruits) peut provoquer des allergies importantes".

Dans un document sur les plantes toxiques, l ’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), en France, met en garde: "la graine est très toxique, surtout si mâchée. Les autres parties de la plante sont également toxiques".

"Des troubles digestifs peuvent être observés dans les quelques heures suivant l’ingestion : vomissements, douleurs abdominales, diarrhées parfois sanglantes, pouvant être à l’origine d’une déshydratation sévère", prévient l'agence. Et de préciser: "Des troubles céphalées, des convulsions, voire un coma, peuvent également survenir".

Pour prévenir les risques d'intoxication, l’Anses préconise de "ne pas ingérer la plante. Se laver les mains en cas de contact. En cas d’ingestion, bien rincer l’intérieur de la bouche et tenir hors de portée des enfants".

Certaines victimes l’ont appris à leurs dépens.  En 2015 par exemple, la ville de Nantes, en France, sonnait l'alarme après une intoxication à la graine de ricin, suite à une diffusion de ces semences, dans des quartiers de la ville.

Capture d'écran de la fiche d'information de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) sur les plantes toxiques en cas d'ingestion, produite en juin 2021Un poison et une armeLa ricine, une substance toxique que certains ont voulu utiliser comme une arme. Les cas sont nombreux, y compris ces dernières années. Le 20 juin 2018, les autorités allemandes ont annoncé avoir déjoué un attentat à "la bombe biologique" après l'interpellation d'un Tunisien. "Les perquisitions ont montré que le suspect avait déjà produit de la ricine", a alors dit le chef de la police. Les enquêteurs avaient retrouvé 84,3 mg de ricine et 3.150 graines de ricin permettant de fabriquer le poison. 

Cet homme a été condamné en 2020 à dix ans de prison, et son épouse à 8 ans de prison. Le couple, qui avait prêté allégeance à l'Etat islamique (EI) mais n'avait pas pu rejoindre ses combattants en Syrie, avait décidé à l'automne 2017 de mener une attaque à caractère islamiste en Allemagne.

Encore plus récemment, en septembre 2020, une Québécoise accusée d'avoir envoyé une lettre empoisonnée à Donald Trump a été inculpée de menaces contre le président des Etats-Unis. Selon l'acte d'accusation, elle avait adressé au président américain une lettre contenant de la ricine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.