"Chez mon médecin traitant" : les fausses informations d'une publication virale sur le port du masque

"Chez mon médecin traitant" : les fausses informations d'une publication virale sur le port du masque

, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 16h22

Un texte partagé plus de 14.000 fois sur les réseaux sociaux depuis le début du mois de septembre prétend décrire une discussion entre un "médecin traitant" opposé au port du masque et un patient. Mais les arguments mis en avant par le médecin pour encourager son patient à "virer le masque" n'ont aucune base scientifique, expliquent des experts à l'AFP.

Ce texte, qui circule dans des publications Facebook en France (1,2,3) et en Belgique, ne contient aucune indication de lieu et de temps. Il nous a donc été impossible de vérifier si cette discussion avait bel et bien eu lieu.


(Capture d'écran réalisée sur Facebook le 30 septembre 2020)

Le texte décrit de prétendus échanges entre un patient et son docteur lors d'un rendez-vous médical.

Le médecin raconte notamment à son patient un échange avec un préfet qui aurait imposé le port du masque dans les rues sous "la pression" et "les menaces" du gouvernement.

"Il n'y a pas de malade dans les hôpitaux", lance le médecin à son patient. Faux

Au 29 septembre, il y a 6.482 personnes hospitalisées avec un diagnostic Covid-19, selon Santé Publique France. Toujours selon cet organisme, il y a eu 3.984 nouvelles hospitalisations sur les 7 derniers jours, dont 815 en réanimation.


(Capture d'écran réalisée sur le site de Santé Publique France le 30 septembre 2020)

Depuis le début du mois, les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 ne cessent de se dégrader en France (taux d'incidence, taux d'occupation des lits, nombre de décès quotidien...), comme nous l'écrivions dans cette dépêche.

Le médecin de la publication affirme que le Covid-19 ne fait aucun malade sur le territoire, mais il estime toutefois qu'une potentielle "2e vague" pourrait arriver, à cause du port du masque :

"Mais ils la veulent leur deuxième vague, ils vont l'avoir car ils empêchent les gens de s'immuniser, mais en plus, quand ça va aller mal, on va pas avoir que des cas COVID, on va avoir des gens avec de gros problèmes pulmonaires (je pense aux ouvriers, aux enfants, étudiants..., qui vont porter le masque toute la journée). C'est dramatique. Sans compter les problèmes dentaires et j'en passe"

Les théories sur les supposés dangers du masque sont nombreuses sur les réseaux sociaux. Autant d'intox démontées par de nombreux scientifiques du monde entier ces derniers mois auprès de l'AFP. C'est le cas pour les arguments avancés par le médecin.

Le masque entraîne des "problèmes pulmonaires". Faux

Bien porté, le masque n'est pas dangereux pour la santé, comme nous l'écrivions dans ce précédent article de vérification. 

"C'est un fantasme", a confirmé à l'AFP Yves Coppieters, médecin épidémiologiste et professeur de santé publique à l'Université Libre de Bruxelles (ULB) : "Le masque peut éventuellement diminuer légèrement l'apport en oxygène et gêner la respiration d'une personne avec des problèmes cardiaques ou respiratoires ou en cas de grand effort physique comme un jogging", explique-t-il. 

"Il peut aussi y avoir une sensation d'inconfort qui provoque une impression d'étouffer, mais c'est psychologique. Dans le cas d'une personne en bonne santé, il n'empêche pas du tout d'effectuer des activités quotidiennes normalement", a-t-il ajouté.

"Un masque n'est pas un circuit fermé. Presque tout l'air expiré s'échappe du masque donc vous ne respirez pas votre propre CO2", a également assuré à l'AFP le docteur Shane Shapera, directeur du programme des maladies pulmonaires de l'hôpital public de Toronto et enseignant à la faculté de médecine de la ville.

Lavé ou changé régulièrement, le masque ne présente pas de danger pour les poumons, ont expliqué des experts à l'AFP dans cet article.

Comme le rappelle Didier Cataldo, président de l'Union professionnelle des médecins belges spécialistes en pneumologie (la GBS), qui exerce à Liège et que l'AFP a contacté le 22 septembre 2020, "les soignants, y compris moi, portent le masque tous les jours".

Le pneumologue, a souligné que "personne" dans son CHU n'a jamais "eu une infection des bronches à cause du port du masque".

Le masque entraîne des "problèmes dentaires". Faux

"C'est faux. Nous n'avons rien remarqué de tel en France", a expliqué à l'AFP Christophe Lequart, porte-parole de l'Union française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD), joint par téléphone le 28 septembre dans le cadre de cet article.

"La seule incidence réelle, c'est une moins bonne hydratation de la bouche puisque si on porte le masque on pense moins souvent à boire", a-t-il noté.

"Cela peut effectivement entraîner cette sensation de mauvaise haleine qui est la même que celle que l'on peut avoir le matin au réveil", a reconnu le porte-parole de l'UFSBD. Il encourage par conséquent à boire de l'eau régulièrement, si l'on est amené à porter le masque de manière prolongée. 

Même son de cloche pour André Shenouda, président de l'Association des Parodontistes du Québec (APQ), contacté le 29 septembre : "Comme dentiste, je passe environ 8 heures par jour à porter un masque chirurgical, d'ailleurs, comme tous mes collègues dentistes, hygiénistes, assistantes dentaires, infirmières, chirurgiens... Nous le faisions déjà avant la pandémie et il n'a jamais été démontré que les travailleurs de la santé qui portent des masques plusieurs heures par jour depuis des années sont à plus haut risque d'avoir des caries ou des maladies parodontales".

Dans la publication virale, le médecin termine sa discussion avec son patient en lui conseillant de ne pas se faire vacciner "ni de la Covid, ni de la grippe" car...

...les vaccins "ne servent qu'à foutre en l'air vos défenses naturelles". Faux

Comme nous l'avions déjà écrit dans cet article, la vaccination n'affaiblit pas le système immunitaire. 

"Il est impossible que la vaccination puisse affaiblir un système immunitaire. La vaccination contre une maladie n'a pratiquement aucun impact sur notre résistance à d'autres maladies", avait répondu le docteur Srdja Jankovic, immunologue à Belgrade et membre du comité nommé par le gouvernement serbe pour affronter l'épidémie de Covid-19, interrogé par le service de vérification de l'AFP en Serbie.

"Tout procédé médical comporte un risque. Il existe un risque qu'un vaccin ait des effets non voulus, mais lorsqu'on considère le niveau global de la population et le nombre total de gens vaccinés, ce risque est très faible", expliquait en août à l'AFP Maja Stajonevic, virologue à l'Institut de microbiologie et d'immunologie de Belgrade et consultant pour l'OMS.

Selon l'OMS, "les vaccins sont en fait très sûrs, en dépit de ce que disent les nombreuses publications antivaccins. La plupart des effets contraires des vaccins sont mineurs et temporaires, comme des douleurs au bras ou une fièvre bénigne".

Le docteur Predrag Djuric, épidémiologiste, a indiqué à l'AFP que "les vaccins fonctionnent pour renforcer le système immunitaire contre une maladie particulière par pour l'affaiblir". "La vaccination a sans aucun doute sauvé des millions de vie jusqu'à présent et elle représente l'une des mesures les plus sûres et efficaces."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.