Cette visite du chef de la diplomatie malienne à Abidjan est antérieure à l'affaire des 49 soldats ivoiriens

Cette visite du chef de la diplomatie malienne à Abidjan est antérieure à l'affaire des 49 soldats ivoiriens

publié le mercredi 30 novembre 2022 à 15h31

Selon une vidéo virale qui circule sur Facebook depuis le 21 novembre 2022, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération, Abdoulaye Diop, aurait effectué tout récemment une visite officielle à Abidjan. Ce voyage avait prétendument pour but d'évoquer la transition malienne, sur fond de vives tensions diplomatiques entre les deux pays, alors que 46 soldats ivoiriens sont retenus au Mali depuis le mois de juillet. C'est faux : le reportage télévisé censé illustrer la rencontre entre Abdoulaye Diop et le président ivoirien Alassane Ouattara a été diffusé en 2021, bien avant le début de cette affaire."Urgent écoute seydou oumar traoré Assimi Goïta envoyer Abdoulaye Diop chez ado à Abidjan" : voici la brève description qui accompagne une vidéo relayée sur plusieurs comptes et pages Facebook (1, 2, 3). Cette séquence de plus de 8 minutes en bambara (langue du Mali) cumule plusieurs milliers de vues depuis le 21 novembre 2022. Son auteur, Seydou Oumar Traoré de la radio Baoulé FM, basée à Bamako, y évoque notamment la crise des soldats ivoiriens détenus au Mali.

Le 10 juillet 2022, 49 militaires ivoiriens avaient été arrêtés à leur arrivée à l'aéroport de Bamako. Abidjan et l'ONU affirment qu'ils devaient participer à la sécurité du contingent allemand des Casques bleus au Mali, mais les autorités maliennes les ont présenté comme des "mercenaires" venus attenter à la sûreté de l'Etat. Le 3 septembre, le Mali a autorisé la libération de trois femmes faisant partie de ce contingent "à titre humanitaire", mais 46 militaires ivoiriens restent détenus après l'échec de plusieurs tentatives de médiation.

Capture d'écran Facebook réalisée le 30 novembre 2022L'auteur de la vidéo virale salue l'attitude du Mali qui fait preuve selon lui de "grandeur" dans le contexte de crispation actuel. Il affirme qu’en dépit de l’affaire des soldats détenus, le chef de la junte au pouvoir à Bamako, Assimi Goïta, a accepté que son ministre Abdoulaye Diop se rende à Abidjan pour évoquer le chronogramme de la transition au Mali. Par ailleurs, indique-t-il, le président ivoirien n’aurait pas évoqué durant cette rencontre la question sensible des soldats détenus.

Cette rencontre, toujours selon l'auteur de la vidéo et son invité, a suscité la méfiance de certains Maliens, inquiets de voir leurs diplomates faire les frais des tensions entre les deux pays, et être "retenus comme otage ou monnaie d’échange" contre les 46 soldats ivoiriens.

La vidéo virale comprend des insertions sonores qui correspondent à un reportage télévisé en français avec des extraits du discours attribué à Abdoulaye Diop lors de cette prétendue visite récente. "Je suis à Abidjan porteur d’un message du Président de la Transition malienne, son excellence le colonel, Assimi Goïta, Président de la Transition et Chef de l’État. Message adressé à son excellence Alassane Ouattara qui est président de la République de Côte d’Ivoire qui notre ainé à tous, pour pouvoir lui présenter l’évolution de la situation au Mali qu’il connait déjà dans tous les détails", affirme ainsi le ministre malien.

Abdoulaye Diop s'est-il rendu récemment à Abidjan dans le cadre d'une visite officielle? Une rencontre de ce niveau en pleine crise diplomatique entre les deux pays aurait dû faire la une des médias ivoiriens et maliens. Or la presse n'a fait état d'aucun événement de ce type depuis le début de l'affaire des soldats ivoiriens, à l'été 2022.

Pour comprendre d'où vient l’extrait sonore diffusé dans cette vidéo, nous effectuons une recherche sur Google en isolant la citation d’Abdoulaye Diop.

Capture d'écran Facebook réalisée le 30 novembre 2022 ( SUY Kahofi)Les résultats suggérés nous ramènent à deux visites d’Abdoulaye Diop en Côte d’Ivoire. Les premiers résultats sont relatifs à une visite effectuée en août 2021 et deux vidéos évoquent une seconde visite en décembre 2021. Ces deux dernières vidéos correspondent à un reportage de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) diffusé à la fois sur YouTube et Dailymotion. Dès le début de la lecture de cette vidéo de la RTI, on constate que la narration du présentateur de la chaîne nationale ivoirienne - voix et commentaire - est identique à l’extrait sonore diffusé sur la vidéo Facebook virale.

Cette visite d’Abdoulaye Diop à Abidjan fin 2021 est également relayée sur la page Facebook du gouvernement malien le jour de sa rencontre avec le président Alassane Ouattara, le vendredi 10 décembre 2021. La vidéo publiée correspond là encore au reportage de la RTI, dont on aperçoit le logo en haut à gauche.

Ce reportage a été mis en ligne respectivement par le gouvernement malien et la RTI les 10 et 11 décembre 2021, soit sept mois avant que les militaires ivoiriens ne soient arrêtés au Mali puis inculpés pour "attentat et complot contre le gouvernement et atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat".

Les relations entre la Côte d'Ivoire et le Mali se sont considérablement tendues ces derniers mois, en particulier après cette arrestation survenue en juillet à Bamako. Plusieurs médiations sont en cours pour obtenir la libération des 46 soldats toujours détenus. Début octobre le président ivoirien Alassane Ouattara s'était montré optimiste, assurant que les choses évoluaient "bien".

Mais mi-novembre, la Côte d'Ivoire a annoncé le retrait progressif de ses troupes au sein de la mission de paix de l'ONU au Mali d'ici août 2023. "C'est une question de cohérence globale. D'autres pays importants sont en train de se retirer (du Mali), il n'y a pas de raison que nous restions", a expliqué à l'AFP le porte-parole du gouvernement ivoirien Amadou Coulibaly.

La Grande-Bretagne a elle aussi indiqué vouloir retirer "plus tôt que prévu" son contingent, évoquant notamment le rapprochement de la junte au pouvoir depuis 2020 avec le groupe paramilitaire Wagner, réputé proche du régime de Moscou.

Le Mali est confronté depuis 2012 à des attaques jihadistes récurrentes et plongé dans une profonde crise sécuritaire et politique. Pays enclavé au coeur du Sahel, il a été le théâtre de deux coups d'État militaires en août 2020 et en mai 2021, et est dirigé par le colonel Assimi Goïta.

Après avoir poussé vers la sortie l'ancien allié français début 2022, la junte s'en est pris plusieurs fois oralement à la Minusma, dont le mandat a été renouvelé en juin pour un an. Les autorités de Bamako ont également remis en cause l’indépendance de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en raison des sanctions imposées par le bloc régional au Mali depuis l’arrivée d'une junte militaire au pouvoir en 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.