Cette vidéo montre une protestation contre une panne d’électricité durant le match Cameroun-Suisse, qui n'a rien à voir avec le joueur Breel Embolo

Cette vidéo montre une protestation contre une panne d’électricité durant le match Cameroun-Suisse, qui n'a rien à voir avec le joueur Breel Embolo

publié le lundi 28 novembre 2022 à 17h49

Après la défaite du Cameroun lors de son premier match du mondial de football face à la Suisse (0-1), une vidéo devenue virale montre prétendument des supporters des Lions indomptables manifester devant le domicile familial du joueur suisse d’origine camerounaise Breel Embolo, auteur du but de la rencontre. Après ce score qui a réduit les chances de la sélection camerounaise à la Coupe du monde, des internautes se sont défoulés sur ce natif de Yaoundé, l’accusant de "trahison". En réalité, la vidéo virale montre un mouvement d’humeur devant une agence de la société camerounaise d’électricité, à la suite d'une panne de courant durant le match Cameroun-Suisse.La séquence virale de 23 secondes montre une foule d’hommes en colère devant les grilles d’un bâtiment visé par des jets de pierres. Certains d’entre eux agitent des maillots et des drapeaux aux couleurs vert-rouge-jaune du Cameroun.

Capture d'écran d'une publication virale sur Facebook, réalisée le 28 novembre 2022"La maison familiale du joueur Suisse d'origine camerounaise, ayant marqué contre eux", croit savoir l’auteur d’un post Facebook qui totalise plus de 170.000 vues.

Le même message, à peu de mots près, est repris avec la même vidéo sur de nombreuses publications sur Facebook (1,2), Twitter (1) et sur certains médias d’informations en ligne, comme ce site congolais.

En regardant de près les images virales, on remarque que le bâtiment devant lequel se tient la manifestation est peint aux couleurs bleu-vert-blanc de la société camerounaise d’électricité, Eneo (Energy of Cameroon). Un petit comptoir installé à l'entrée affiche porte d'ailleurs l'inscription "Eneo" (encadré en rouge).

Capture d'écran d'une publication virale sur Facebook, réalisée le 28 novembre 2022Un soulèvement contre des coupures de courantCertains internautes affirment que cette scène est relative à un mouvement de colère contre une agence d’Eneo dans la ville de Bertoua, dans l’est du pays, touchée par des coupures de courant. Ce que confirme la cellule de communication de cette société, dans une note d’information diffusée le 25 novembre.

"Un bureau Eneo a été assiégé pendant le match Cameroun-Suisse par quelques personnes réclamant le retour d’énergie électrique", annonce ledit communiqué transmis à l’AFP. On y apprend que l’incident s’est produit à l’agence de Bertoua après une panne survenue sur le réseau électrique qui alimente la ville. "L’interruption a duré environ 20 minutes. Le temps pour les équipes Eneo de raccorder la ville à sa Centrale Thermique", assure l’entreprise, déplorant "quelques dégâts tels que des vitres brisées." Elle confirme à l'AFP que le bâtiment de la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux est bel et bien une agence Eneo.

La police, contactée par un correspondant de l'AFP au Cameroun, n’a par ailleurs constaté aucune manifestation devant un domicile appartenant aux membres de la famille de Breel Embolo.

"La famille de Breel Embolo n'a jamais été inquiétée ni menacée", a indiqué à l'AFP un commissaire de police sous le couvert de l'anonymat. Cette source ajoute que la famille n'a pas rapporté à la police, d'agissements hostiles ou de menaces à son encontre. "Les forces de l'ordre se sont rendues brièvement dans le quartier où vit une partie de sa famille jeudi (le jour du match, Ndlr), mais leur passage n'avait rien à voir avec la rencontre de Coupe du monde".

Par ailleurs, environ trois heures après la fin du match opposant la Suisse au Cameroun, un journaliste de l'AFP s'est rendu dans le quartier de naissance de Breel Embolo, près du centre-ville de Yaoundé. Sur place, il n'a constaté aucun attroupement ni aucune dégradation de la maison familiale du joueur. Il a également interrogé un voisin qui lui a assuré n'avoir constaté aucune intervention policière, ni aucun acte hostile qui aurait visé la demeure de l'attaquant de l'AS Monaco.

Après la défaite des Lions indomptables par un but d’Embolo, des appels à se "venger" sur sa famille ont été lancés sur les réseaux sociaux.

Cette hostilité sur les réseaux sociaux envers la famille d'un joueur au Cameroun, rappelle ce qui s'est passé en octobre 2005 contre la famille de Pierre Womè Nlend, auteur d’un penalty manqué qui a exclu le Cameroun du mondial allemand face à l'Egypte. Des supporteurs camerounais en colère avaient saccagé la maison familiale et divers biens de l'international, qui sera ensuite blacklisté de la sélection camerounaise pendant plusieurs années.

Les coupures d'électricité, elles, font régulièrement l’objet de vifs mécontentements à travers le pays, notamment dans la ville de Bertoua. En juillet 2018 par exemple, le média d’Etat CRTV rapportait sur son compte Twitter que "l'absence prolongée et répétée de l'énergie électrique a provoqué un mouvement des populations" dans cette ville, nécessitant l'intervention des forces de l'ordre pour débloquer des routes.

Les coupures intempestives d'électricité sont un problème récurrent dans le pays. En mars 2021 par exemple, la compagnie d'électricité nationale annonçait qu'une soixantaine de quartiers de Yaoundé, la capitale camerounaise, étaient privés de courant, après un "incident" enregistré la veille sur une ligne de transport de l'énergie électrique.

Breel Embolo, entre la Suisse et le CamerounNé le 14 février 1997 à Yaoundé, au Cameroun, Breel-Donald Embolo s'est formé à l’école du foot helvétique. Arrivé en Suisse à 4 ans avec sa mère et son frère, il est repéré dès l'âge de 13 ans par le FC Bâle.

L'attaquant suisse Breel Embolo après son but lors du match Cameroun- Suisse au stade Al-Janoub d'Al-Wakrah, au Qatar, le 24 novembre 2022 ( AFP / FABRICE COFFRINI)Le 24 novembre, les Lions indomptables du Cameroun débutaient leur mondial au Qatar face à la Suisse. L’unique but de la rencontre a été inscrit par Breel Embolo, qui a parfaitement repris un centre en retrait létal de Xherdan Shaqiri pour tromper André Onana (48e). Après son but, il a levé les bras au ciel sans marque d'émotion sur le visage, les paumes en avant comme pour demander pardon.

Le Cameroun coule toujours dans ses veines. Dans une interview accordée à l’AFP avant la rencontre Cameroun-Suisse du 24 novembre, Breel Embolo expliquait que son choix de défendre les couleurs de la "Nati" plutôt que les Lions Indomptables n'avait pas été facile. "Si je marque, j'essaierai de ne pas célébrer. Mais le foot est un sport d'émotions. Si je célèbre, ce ne sera pas contre mon pays natal. Mais parce que je veux gagner", déclarait l'avant-centre de 25 ans.

"C'est un match très, très spécial pour moi et pour toute ma famille. Parce que c'est un peu un conflit ! Il va y avoir beaucoup d'émotion lors de ce match", disait-il, en confessant que lors du tirage au sort des poules de la coupe du monde, il n'avait pas "sauté de joie""Mais en même temps, j'étais fier de pouvoir jouer contre mon autre pays et montrer ce que j'ai appris", a-t-il déclaré.

Suite à cette défaite du Cameroun, de nombreuses rumeurs ont circulé sur la toile, dont certaines ont déjà fait l'objet d'une vérification par l'AFP, comme cette fausse une du quotidien Var-Matin attribuant des déclarations trompeuses à Embolo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.