Cette photo ne montre pas la nouvelle présidente tanzanienne et sa fille mais deux actrices kényanes

Cette photo ne montre pas la nouvelle présidente tanzanienne et sa fille mais deux actrices kényanes

publié le lundi 22 mars 2021 à 16h58

Des publications partagées près d'un millier de fois en 24 heures sur les réseaux sociaux prétendent montrer la nouvelle présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan enlacée par sa fille, vêtue d'une combinaison moulante et dans une position osée. C'est faux : l'image est celle de deux célébrités kényanes, connues pour incarner une mère et sa fille dans une série télévisée. Elle n'a aucun rapport avec la cheffe d'Etat de 61 ans, propulsée à la tête de la Tanzanie le 17 mars après le décès du président John Magufuli.

Sur le cliché, deux femmes se regardent affectueusement, debout dans un jardin. La plus âgée, vêtué d'une tunique colorée et les cheveux couverts par un foulard, tient un téléphone à la main. La plus jeune, juchée sur la pointe des pieds et vêtue d'une combinaison ultra moulante, se tient à ses épaules et semble vouloir l'embrasser.

Il s'agit de "la fille de la nouvelle présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan", assure l'auteur de la publication, partagée plusieurs centaines de fois sur Facebook, qui termine son message par un sous-entendu lié au physique de la jeune femme: "Je pense qu'on devrait organiser un convoi sur la Tanzanie pour aller assister à son investiture."


Capture Facebook réalisée le 22 mars 2021

Cette photo a été relayée par de nombreuses publications en Afrique francophone (1, 2, 3, 4...) depuis le 21 mars, avec des commentaires graveleux sur la tenue et sur les "courbes" de la personne en premier plan, identifiée comme la fille de la présidente de la Tanzanie Samia Suluhu Hassan.

On la retrouve également sur des pages anglophones (1, 2, 3...), avec là aussi bon nombre de réactions, certains jugeant l'attitude de la jeune femme "éhontée". 

Ces publications surviennent alors que Samia Suluhu Hassan, qui occupait jusqu'à présent le poste de vice-présidente tanzanienne, vient d'être propulsée cheffe d'Etat en remplacement du président John Magufuli, décédé le 17 mars dans un hôpital de Sar es Salaam, officiellement de problèmes cardiaques.

Cette musulmane de 61 ans, originaire de l'archipel semi-autonome de Zanzibar et mère de quatre enfants, occupera la présidence "pour la période restant du mandat de cinq ans", soit jusqu'en 2025, selon la Constitution tanzanienne.

Deux actrices du Kenya

La photo devenue virale sur Facebook n'a cependant rien à voir avec la présidente tanzanienne, ni avec ses enfants : il s'agit d'une image de deux célébrités kényanes, connues pour leurs rôles d'actrices à la télévision et très présentes sur les réseaux sociaux.

Une recherche d'image inversée avec l'outil Google images permet de retrouver ce cliché sur une page Facebook suivie par plus d'un million d'abonnés au Kenya. La légende en anglais, en partie trompeuse, assure qu'il s'agit de "l'actrice Trisha Khalid et de sa mère".

Sur le compte instagram de Trisha Khalid, nous retrouvons  la même photo publiée le 16 mars avec un court message : "And then Life happened, I love you Mama" ("Et puis la vie est arrivée. Je t'aime maman", ndlr). En dessous, Trisha Khalid mentionne le compte instagram d'une autre actrice kényane, Saada Khamis Fateh.

Dans les commentaires, deux internautes se demandent s'il s'agit réellement de sa mère et l'actrice répond que non : "c'est ma mère à l'écran", explique-t-elle. 

On distingue mieux leur visage sous un autre angle de la photo virale, publiée le 16 février sur Instagram.

Les deux femmes sont connues pour leurs rôles de mère et de fille dans une série télévisée kényane, Kovu ("cicatrice", en swahili), dont le scénario fait d'ailleurs un lien avec la Tanzanie: cette série raconte en effet l'histoire d'une famille qui retourne au Kenya après des décennies passées en Tanzanie.


Une affiche de la série "Kovu" avec Trisha Khalid et Saada Fateh


Première femme présidente en Tanzanie

L'arrivée à la tête de la Tanzanie de Samia Suluhu Hassan, politicienne chevronnée mais d'apparence discrète, et jusque-là peu connue en dehors des frontières tanzaniennes, a suscité un fort intérêt médiatique pour ce pays de 58 millions d'habitants situé en bordure de l'océan Indien.

Samia Suluhu Hassan, issue d'un milieu modeste est en effet la première femme à occuper la présidence tanzanienne. Elle est par ailleurs l'une des deux seules femmes actuellement au pouvoir en Afrique, avec l'Ethiopienne Sahle-Work Zewde, dont les fonctions sont toutefois honorifiques.


La nouvelle présidente tanzanienne le jour de sa prestation de serment le 19 mars 2021 (AFP / Str)

Diplômée d'un master en "développement économique communautaire", Mme Suluhu Hassan était déjà la première vice-présidente de l'histoire de son pays. Elle s'est fait connaître ces dernières années en encourageant les femmes à s'engager dans la vie sociale et économique du pays.

La présidente tanzanienne va diriger un pays marqué par le virage autoritaire réalisé par John Magufuli depuis son élection en 2015 Elle est donc très attendue sur le sujet des droits de l'homme, après des attaques répétées ces dernières années contre l'opposition et un recul des libertés fondamentales.

John Magufulli, qui n'était plus apparu en public depuis le 27 février, est officiellement mort le 17 mars de problèmes cardiaques. Son absence inhabituelle avait alimenté les rumeurs, qui le disaient atteint du Covid-19, une maladie qu'il n'avait cessé de minimiser.

Il est le deuxième dirigeant d'Afrique de l'Est à mourir dans des circonstances controversées, après le président burundais Pierre Nkurunziza, également sceptique sur le Covid-19 et décédé des suites d'une "insuffisance cardiaque" en juin dernier après que sa femme a été transportée à Nairobi pour y être soignée du coronavirus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.