Cette photo de bières camouflées par des étiquettes de soda n'a pas été prise pendant le Mondial, mais en 2015

Cette photo de bières camouflées par des étiquettes de soda n'a pas été prise pendant le Mondial, mais en 2015

publié le jeudi 01 décembre 2022 à 18h10

Une saisie de 48.000 canettes de bières "dissimulées sous des étiquettes Pepsi" en Arabie saoudite, pendant la Coupe du monde au Qatar où la vente d'alcool autour des stades a été interdite ? C'est ce qu'affirment plusieurs internautes en partageant massivement une photo de canettes de bière recouvertes par l'étiquette d'une marque de soda sur Facebook depuis le 23 novembre, soit trois jours après le début de la compétition. Attention: l'image date en réalité d'une saisie par les autorités saoudiennes en 2015."Au moins 48.000 canettes de bières dissimulées sous des étiquettes Pepsi saisies en Arabie Saoudite, en cette période de la coupe du monde au Qatar", affirment des internautes en partageant une photo où l'on voit un douanier déchirer l'étiquette entourant une canette de soda, révélant celle d'une marque de bière. Cette rumeur a commencé à circuler le 23 novembre sur Facebook dans plusieurs pays africains, quelques jours après le début du Mondial 2022 au Qatar (1, 2, 3...).

Deux jours avant le coup d'envoi, les autorités du Qatar et la Fifa étaient revenues sur leur décision de vendre de la bière aux supporters autour des stades du Mondial 2022. Cette décision a jeté une ombre sur les promesses des autorités de ce petit émirat gazier conservateur d'alléger l'application de sa législation durant cet événement planétaire, et a fait amplement réagir sur les réseaux sociaux.

Il a été décidé de "supprimer les points de vente de bière des périmètres des stades" et de "concentrer la vente de boissons alcoolisées" dans les fan zones et les établissements autorisés, avait précisé la Fifa dans un communiqué, sans expliquer les raisons de cette décision. Sollicité par l'AFP, le gouvernement n'avait pas souhaité la commenter.

Sur le site du Qatar dédié au tourisme, il est précisé que les supporters pouvaient acheter de l'alcool dans "les fan zones dédiées de la Fifa et dans certaines zones au sein des stades" ainsi que dans les bars des hôtels et les clubs privés - tout en précisant que la consommation d'alcool dans d'autres endroits, tout comme l'ivresse publique, constituaient des infractions.

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 1er décembre 2022Ces publications ont originellement circulé en anglais dans plusieurs pays africains et asiatiques et ont été vérifiées dans cette langue par l'AFP.

Certains internautes, pensant que la photo a été prise lors d'une saisie d'alcool en Arabie saoudite lors du Mondial, se félicitent ou s'amusent d'une telle situation. D'autres s'indignent, se demandant par exemple "pourquoi les Occidentaux ne respectent pas les autres peuples du monde".

Capture de commentaires sur Facebook, réalisée le 1er décembre 2022Saisie des autorités saoudiennes en 2015Pourtant, ni la photo ni les faits rapportés par les internautes n'ont eu lieu pendant la Coupe du monde 2022.

Une recherche d'images inversée sur le moteur de recherche Google permet de retrouver l'image virale dans un article du média français 20minutes publié le 13 novembre 2015 qui rapporte une saisie par les douaniers saoudiens de 48.000 canettes de bière Heineken maquillées pour ressembler à des canettes de soda Pepsi.

Capture d'écran du site 20minutes réalisée le 1er décembre 2022Deux médias internationaux, le Washington Post et Al-Arabiya, ont également couvert cette saisie à l'époque en reprenant notamment la photo que nous vérifions: les douaniers avaient intercepté cette cargaison au poste-frontière d'Al-Batha, situé à la jonction entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, rapportent ces deux journaux.

On retrouve également cette information, relayée à l'époque avec une vidéo selon ces deux sites (aujourd'hui indisponible sur le lien archivé), dans un tweet de l'ancien compte Twitter des douanes saoudiennes, @KsaCustoms, publié le 11 novembre 2015. "Des autocollants 'boisson Pepsi' sur 48.000 canettes de bière contenant de l'alcool ont révélé une tentative de contrebande aux douanes d'Al Batha", avaient-elles alors publié en arabe.

Capture d'écran d'un tweet des douanes saoudiennes, réalisée le 1er décembre 2022Le 11 novembre 2015, les douanes saoudiennes ont également publié cette information sur leur site accompagnée de la photo que nous vérifions (la date affichée sur celui-ci étant présentée selon le calendrier musulman). Lors du contrôle à la frontière, "il est apparu clair que le logo de la boisson gazeuse sur les canettes n'étaient rien d'autre que des autocollants apposés sur ce qui s'est révélé être des canettes de bière", note le directeur général des douanes Al-Batha sur cette page gouvernementale.

Si l'on zoome par ailleurs sur le bras du douanier pris en photo, on s'aperçoit que le logo qui y figure correspond bien aux armoiries de la douane saoudienne en 2015, comme on peut le voir sur cette comparaison entre l'insigne de la photo virale (gauche) et une capture d'écran du logo figurant sur le site des douanes la même année (droite) :

Capture d'écran d'une photo issue de Facebook, réalisée le 1er décembre 2022 Capture d'écran (détail) du site des douanes saoudiennes en 2015, réalisée le 1er décembre 2022 

 

Le même logo apparaissait dans la photo de profil du compte Twitter @KsaCustoms en mars 2015, selon le moteur d'archivage WayBack Machine.

L'AFP n'a en revanche retrouvé aucune saisie d'alcool de contrebande par les douanes qataries ou saoudiennes médiatisées depuis le début de la Coupe du monde le 20 novembre.

Une saisie de drogue, pas d'alcoolSi elles n'ont pour l'instant pas évoqué d'interception d'alcool, les douanes de l'aéroport international Hamad de Doha ont néanmoins réalisé leur première saisie de drogue pendant la Coupe du monde de football, dont 1.990 pilules de Tramadol, un puissant antalgique.

"Les douanes de l'aéroport international Hamad ont déjoué un trafic de Tramadol et de haschisch", a annoncé le 21 novembre sur Twitterl'Autorité générale des douanes qataries. L'un des douaniers de l'aéroport de Doha a "soupçonné les bagages du passager, les a donc inspectés et a trouvé 1.990 pilules de Tramadol ainsi que 464,5 grammes de haschisch", a précisé l'organisme.

Le passager concerné, à propos duquel aucune information n'a été révélée, doit être présenté devant le ministère public, a assuré à l'AFP un responsable qatari, qui a requis l'anonymat. Les peines encourues au Qatar pour la possession, l'usage ou le trafic de drogue sont très sévères, incluant de longues peines de prison, de fortes amendes et l'expulsion du territoire pour les étrangers.

Puissant antidouleur, le Tramadol, opiacé de synthèse, peut entraîner une forte dépendance. Il est notamment impliqué dans la crise des opiacés qui secoue les États-Unis, où les overdoses ont fait plus d'un demi-million de morts en 20 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.