Cet homme est mort des suites d’une grave maladie, aucune preuve d’un lien avec le vaccin

Cet homme est mort des suites d’une grave maladie, aucune preuve d’un lien avec le vaccin

publié le mardi 18 mai 2021 à 11h25

Des publications partagées plusieurs centaines de fois sur Facebook et Twitter depuis début mai affirment qu'un Belge de 41 ans est décédé à cause du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech. Cet homme est bien mort une semaine après avoir reçu une première dose du vaccin de Pfizer, mais rien ne permet d'établir un lien de corrélation : Jérôme Niessen était malade depuis plusieurs années et son décès n'a rien à voir avec la vaccination, ont affirmé à l'AFP sa famille et l'hôpital de Liège. 

"Ce quadragénaire ayant eu la politesse de mourir après la première dose, il en reste une pour une prochaine victime des vaccins tueurs", écrit cet internaute, qui partage deux images sur Facebook. La première est une capture d'écran d'un statut Facebook daté du 20 avril, écrit par un Belge, Jérôme Niessen, qui indique s'être fait vacciner la veille : "vaccin (Pfizer) reçu ce lundi (Bierset) ! Aucun effet secondaire ! 2ème dose fin mai ! Faites vous vacciner !!". La deuxième image est celle d'un avis de décès daté du 28 avril 2021 et au même nom que l'auteur du post Facebook. 

Capture d'écran réalisée le 17/05/2021 sur Facebook


Ces deux images ont été partagées plusieurs centaines de fois sur Facebook et Twitter depuis début mai, plusieurs internautes établissant un lien direct entre la vaccination et le décès de Jérôme Niessen. 

Captures d'écran réalisées le 17/05/2021 sur Facebook et Twitter


Certains partagent également un tableau censé montrer le nombre de décès dus au vaccin de Pfizer. Le chiffre indiqué se base sur une mauvaise interprétation des données de la plateforme EudraVigilance de l'Agence européenne des médicaments (AME), comme l'a expliqué l'AFP ici et ici. 

Ces publications sont de plus trompeuses : rien ne permet à ce jour de dire que Jérôme Niessen est décédé du fait de la vaccination. Sa famille a indiqué qu'il était malade depuis plusieurs années et un infectiologue a expliqué à l’AFP que la cause de sa mort était une complication fréquente de la maladie hépatique dont il souffrait. 

Jérôme Niessen était malade depuis plusieurs années 

L'AFP a contacté la famille de Jérôme Niessen le 12 mai 2021. Son père, Alain Niessen, a indiqué que son fils souffrait d'une maladie hépatique : "Il était malade depuis plusieurs années. Les dernières années ont été très difficiles. Il s'est fait vacciner car il était sur la liste des (patients prioritaires car souffrant de) comorbidités et il était particulièrement bien suivi". Son décès est dû à "une double hémorragie" liée à la maladie hépatique, a-t-il ajouté. 

L'AFP a également contacté le CHC Mont Légia, où était hospitalisé Jérôme Niessen, qui a confirmé que son décès n'avait "rien à voir avec la vaccination". 

Les maladies hépatiques chroniques représentent "un facteur de risque élevé" justifiant "une position prioritaire dans le plan de vaccination", indique ce document du Conseil supérieur de la Santé, qui fait plusieurs recommandations sur la priorisation des patients dans la campagne de vaccination en Belgique.

Les captures d’écran reprises dans les publications que nous vérifions sont bien issues du compte Facebook de Jérôme Nissen. Le post annonçant qu'il avait été vacciné a depuis été supprimé par sa famille, qui a expliqué à l'AFP ne pas partager le discours anti-vaccin de certains internautes. 

L'hémorragie ne figure pas dans la liste des effets secondaires de Pfizer

L'hémorragie ne figure pas sur la liste des effets indésirables possibles observés durant les effets cliniques du vaccin Pfizer, indique l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). 

Elle ne figure pas non plus sur la liste des risques associés au vaccin disponible sur le site de Pfizer, où l'on peut voir énoncés les effets secondaires rapportés avec le vaccin de Pfizer/BioNTech : dans de rares cas, des "réactions allergiques graves; et plus communément : réactions allergiques non graves telles qu'éruption cutanée, démangeaisons, urticaire ou gonflement du visage; douleur au point d'injection; fatigue; maux de tête; douleurs musculaires; frissons; douleurs articulaires; fièvre; gonflement au point d'injection; rougeur au point d'injection; nausées; sensation de malaise; gonflement des ganglions lymphatiques (lymphadénopathie); diarrhée; vomissements; douleur au bras".

Capture d'écran réalisée sur le site de Pfizer/BioNTech le 18/05/2021

"On n'a remarqué aucun signal de problème d'hémorragie" dû au vaccin de Pfizer-BioNTech, a indiqué à l'AFP Yves Van Laethem, infectiologue et porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus. "Contrairement au vaccin d'AstraZeneca, pour lequel on a signalé quelques cas de thrombose pouvant provoquer des saignements (extrêmement rares, ndlr), les effets indésirables de Pfizer restent très classiques : fièvre, réactions allergiques…", a-t-il ajouté, indiquant qu'il était "très peu probable" qu'on découvre aujourd'hui des hémorragies liées au vaccin de Pfizer alors que des millions de doses de ce vaccin ont déjà été administrées dans le monde.

L'hémorragie est une complication courante des maladies hépatites chroniques  

D'autre part, l'hémorragie est une complication "classique" de la maladie hépatique, a expliqué Yves Van Laethem : "il est très fréquent que les gens qui ont des insuffisances hépatiques fasse des hémorragies". 

L’insuffisance hépatique peut avoir différentes causes, comme par exemple l’hépatite virale, la cirrhose ou des lésions dues à des médicaments: la complication de ces pathologies peut entraîner des hémorragies internes, comme l’explique le site de l'INSERM.

L'AFP a déjà vérifié à plusieurs reprises des informations trompeuses autour de conséquences à long terme et d’effets secondaires liés à la vaccination, ici et ici par exemple. 

En Belgique, 42% de la population de plus de 18 ans avait reçu au moins une dose de vaccin au 14 mai 2021. Le pays a commandé 12 millions de doses de ce vaccin. Depuis le début de l’épidémie apparue fin 2019 en Chine, le Covid-19 a tué près de 25 000 personnes en Belgique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.