Attention, ces photos ne montrent pas des bureaux de vote lors de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Attention, ces photos ne montrent pas des bureaux de vote lors de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

, publié le samedi 31 octobre 2020 à 20h25

Une publication Facebook diffuse plusieurs images supposées montrer de longues files d'attente devant des bureaux de vote dans plusieurs villes de Côte d'Ivoire, où se déroulait le 31 octobre l'élection présidentielle. Ces images sont fausses : elles ont été prises lors d'élections au Kenya et en Nouvelle-Calédonie il y a plusieurs années. En Côte d'Ivoire, le scrutin a été émaillé de nombreux incidents un peu partout dans le pays.

De longues files d'attente devant des bureaux de vote. C'est ce que prétend montrer un montage de quatre photos publiées par un compte Facebook baptisé "Horizon-RHDP notre héritage", une page de soutien au président ivoirien Alassane Ouattara, candidat à sa réélection. 

"Daloa, Bouaké, Abobo, Akoupé". La publication cite quelques-unes des grandes villes du pays, parmi lesquelles des bastions fidèles au président sortant.

Alassane Ouattara a ouvert sa campagne à Bouaké et l'a clôturée à Abobo. Son parti, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la paix et la démocratie (RHDP) compte aussi de nombreux partisans à Daloa. 

Cette publication a été partagée plus de 300 fois en à peine quatre heures. 


Capture d'écran Facebook, réalisée le 31 octobre 2020

Quelques 7.5 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes le 31 octobre pour voter pour l'un des quatre candidats en lice: le président Ouattara (78 ans), au pouvoir depuis 2011, l'ex-président et chef du principal parti d'opposition Henri Konan Bédié (86 ans), l'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo Pascal Affi N'Guessan (67 ans) et le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin (51 ans).  

L'opposition, menée par les candidats Henri Konan Bédié et Pascal Affi N'Guessan, conteste la candidature du chef de l'Etat à un troisième mandat, qu'il juge inconstitutionnel.  

Ils ont appelé leurs partisans à un "boycott actif" de l'élection qui constitue, selon elle, un "coup d'Etat électoral", sans toutefois se retirer du scrutin. 

Journée de vote perturbée

Aucun chiffre de participation n'était disponible en soirée, à l'issue d'une journée émaillée de nombreux incidents (routes coupées, urnes saccagées, matériel électoral bloqué, heurts avec la police...) qui ont perturbé le bon déroulement du vote dans plusieurs villes du pays, notamment dans des fiefs de l'opposition. 

A Bouadikro et Bongouanou, à une centaine de kilomètres au nord d'Abidjan, fiefs de M. Affi N'Guessan, les bureaux n'ont pas ouvert, selon des témoins des deux camps.

A Daoukro (centre-est), le fief de M. Konan Bédié, le matériel électoral n'est pas arrivé aux bureaux de vote et des barricades ont été érigées dans la ville et sur certaines voies y menant, ont constaté des journalistes de l'AFP. 

Dans le quartier de Blockhauss à Abidjan, plusieurs centaines de jeunes, qui ont empêché l'ouverture de bureaux de vote, ont affronté des policiers qui faisaient usage de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.

Si les bureaux de vote ont bien accueilli des électeurs dans les villes de Daloa, Bouaké, Abobo et Akoupé évoquées par la publication pro-Ouattara que nous vérifions, les photos diffusées n'ont pas été prises dans ces villes, ni même en Côte d'Ivoire.

Des recherches d'image inversées, procédé qui permet de retrouver les précédentes occurrences d'une photo sur internet, révèlent qu'elles ont été prises au Kenya et en Nouvelle-Calédonie. 

Trois photos de la présidentielle au Kenya en 2017

Les trois premières, prises en hauteur, ont servi à illustrer des articles publiés en août 2017 (1, 2, 3) relatant l'élection présidentielle au Kenya, qui avait opposé le président sortant Uhuru Kenyatta à l'opposant Raila Odinga.

Ce dernier avait été réélu dès le premier tour, mais le résultat avait été annulé le 1er septembre par la Cour suprême du Kenya. 

La première photo montre un bureau de vote dans la ville de Kisumu, troisième plus grande ville du pays.

Elle a été prise le 8 août 2017 par un photographe de l'agence de presse américaine Associated Press. On la retrouve sur le site internet AP Images.


Capture d'écran du site AP Images, réalisée le 31 octobre 2020

Les deuxième et troisième photos ont également été prises au Kenya lors de la journée du 8 août 2017, mais dans la capitale Nairobi, par un photographe de l'agence de presse Reuters. 


Capture d'écran du site Reuters Pictures, réalisée le 31 octobre 2020


Capture d'écran du site Reuters Pictures, réalisée le 31 octobre 2020

 

Une photo du référendum de 2018 en Nouvelle-Calédonie 

On retrouve la quatrième photo sur un article au sujet d'un référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie en 2018.

Le crédit photo indique qu'elle a été prise par l'agence Associated Press le 4 novembre 2018 à Nouméa. On la retrouve sur le site AP Images.


Capture d'écran du site Associated Press, réalisée le 31 octobre 2020

Une élection marquée par les fausses informations 

Cette publication vient s'ajouter à de nombreuses fausses informations qui ont inondé ces dernières semaines les réseaux sociaux ivoiriens, alimentant un contexte déjà tendu autour de l'élection présidentielle. 

L'opposition conteste la candidature d'Alassane Ouattara. La Constitution ivoirienne n'autorise en effet que deux mandats présidentiels, mais selon le pouvoir, l'adoption d'une nouvelle Constitution en 2016 a remis le compteur à zéro. 

Elle juge que cette candidature viole la nouvelle constitution adoptée en 2016, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels successifs.

Les résultats de l'élection doivent être annoncés dans les cinq jours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.