JO 2024 à Paris : comment éviter les dérapages financiers ?

JO 2024 à Paris : comment éviter les dérapages financiers ?
jeux olympiques paris 2024

Boursier.com, publié le mardi 13 mars 2018 à 20h57

Six mois après l'attribution à Paris de l'organisation des Jeux Olympiques d'été de 2024, un rapport pointe un "risque réel" de dérapages budgétaires, et préconise de prendre rapidement des décisions afin de les éviter...

Sur son site internet, 'Le Parisien-Aujourd'hui en France" publie mardi des extraits d'une note intermédiaire, quelques jours avant la publication de ce rapport, rédigé par l'Inspection générale des finances, l'inspection générale de la Jeunesse et des sports et le conseil général de l'environnement.

Le centre nautique menace de couler le budget

La note évoque "de réels risques à la fois de non-réalisation dans les délais de certains équipements mais aussi de surcoûts importants". Un site majeur a retenu l'attention des rapporteurs : le centre nautique, qui doit sortir de terre à Saint-Denis, en face du Stade de France.

Evalué à 130 millions d'euros, ce centre nautique pourrait voir son budget être (au minimum) multiplié par deux, selon le texte, en raison de la vision très ambitieuse de la Métropole du Grand Paris. Le rapport préconise de retirer la maîtrise d'ouvrage à la Métropole et de la confier à la Solideo, l'organe chargé de livrer les équipements et financé, pour moitié, par de l'argent public.

Le site du Bourget et le Village olympique épinglés

Le site du Bourget, qui doit accueillir le village des médias et des sites temporaires (volley, tir, badminton) est également pointé par la note qui conseille de revoir en baisse le nombre de logements prévus. En outre, le site devant accueillir le volley serait carrément menacé, car il nécessiterait des aménagements jugés "anormalement coûteux", impliquant un déménagement d'entreprise, la construction d'une passerelle et la dépollution d'un terrain.

Enfin, le futur Village olympique, situé sur les communes de Saint-Ouen, Saint-Denis et l'Ile-Saint-Denis, est également épinglé , car il cumulerait "des risques majeurs". Il serait question non de le déplacer mais de l'orienter différemment, notamment afin d'éviter une zone archéologique "susceptible de receler des vestiges".

Révisions et ajustements en cours de négociation

Le rapport en question a été commandé par Bercy et le ministère des Sports avant même l'attribution officielle des Jeux à Paris, le 13 septembre dernier. De son côté, Emmanuel Macron s'est engagé à ne pas dépasser l'enveloppe de 6,8 milliards d'euros prévue. Il est donc probable que le dossier fera l'objet de révisions et d'ajustements, sans pour autant dénaturer le projet initial. Selon une source proche du dossier citée par 'Le Parisien', 'la grille d'arbitrage sera celle de l'héritage. Ce qui aura une utilité maximale pour les habitants des territoires concernés sera conservé".

Ainsi, selon le quotidien, des négociations ont commencé avec les élus des territoires concernés et vont se poursuivre jusqu'en juin, où le dossier définitif devra être transmis au Comité International Olympique (CIO).

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU