Ceux qui ont un caractère fort m'écrasent

par CmavieTV

Isabelle d'Aspremont - Je suis douce de nature et les personnes qui ont un caractère fort m'écrasent toujours. Que faire pour prendre ma place ? Pour prendre votre place face à des personnes au caractère fort, il va falloir apprivoiser votre ombre ! Quelle ombre ? L'ombre de la personnalité. Elle est cette partie de nous que l'on a refoulée par peur de déplaire aux autres. C'est notre côté secret qui s'est formé peu à peu durant notre croissance. On désirait être reconnu, apprécié et plaire à ses parents, à ses éducateurs, à ses amis et au public en général. Pourquoi ? Parce que le plus grand malheur qui pourrait nous arriver, c'est d'être isolé, non reconnu, non aimé, non apprécié dans la vie. On choisit presque inconsciemment de ne pas grandir selon ses propres intuitions pour faire plaisir à l'entourage familial, scolaire et sociétal. On a accepté, au cours des années, de faire des compromis sur sa croissance et d'enfouir ses émotions, ses goûts, ses talents, ses habiletés, ses désirs dans les oubliettes de l'inconscient. Tout cela pour être reconnu, admiré, apprécié et aimé des autres. On ferait n'importe quoi pour appartenir au « gang ». Vous avez certainement grandi au sein d'une famille qui vous appréciait pour votre douceur. Votre mère ou votre père vous a manifesté combien il vous aimait lorsque vous étiez douce. Vous avez alors développé de manière excessive la douceur en vous interdisant tout excès de colère ou d'affirmation de vous-même. Robert Bly, le grand poète américain, a inventé une comparaison très éclairante pour décrire l'ombre : c'est comme si on jetait dans le sac à poubelle toutes ses qualités qui ne plairaient pas ou plutôt qui déplairaient aux autres. Voici un exemple concret : Un père de famille ne tolère pas que les enfants s'amusent dans la maison, élèvent la voix, expriment leurs sentiments. Alors les enfants n'ont pas droit aux cris de joie, n'ont pas le droit de pleurer ni de jouer bruyamment. Ils mettent dans leur sac à poubelle l'expression de leur joie et de leur peine, de leur spontanéité et de leur enthousiasme. Robert Bly déclare que jusque à trente-cinq ans, on remplit son sac à poubelle qui devient alors de plus en plus lourd à traîner. Et le pire, c'est qu'il se met à gonfler dangereusement. La raison en est que le matériau reste vivant dans le sac, se met à fermenter, veut s'exprimer et se développer. Alors on s'achemine vers la dépression du mitan de la vie. On doit choisir entre la dépression ou humblement sortir ce qui a été enseveli dans l'inconscient, négligé et refoulé dans le sac à poubelle, morceau par morceau. Ca demande du courage. L'ombre, ce matériau refoulé et non reconnu par soi-même, se manifestera à l'extérieur par des sympathies et des antipathies démesurées. L'ombre négligée en soi « saute» sur les personnes autour au point que leur perception s'avère faussée et déformée. L'ombre personnelle est capable de créer des fascinations obsessionnelles sur les autres, des fascinations positives quand on adule ou qu'on adore quelqu'un, et des fascinations négatives quand on diabolise ou qu'on méprise quelqu'un. C'est ce qu'il vous arrive lorsque vous vous sentez écrasée par les personnes qui ont un caractère fort. Il se peut qu'au début de la relation vous vous soyez sentie bien, en présence de ces personnes fortes. Il s'est formé une fascination positive à leur endroit. Vous leur avez probablement donné un pouvoir en vous diminuant vous-même.Ensuite, vous avez développé une fascination négative envers eux. Vous avez du mal à supporter ces personnes qui prennent trop de place et vous les accusez d'être responsables de ne pas pouvoir vivre votre douceur, de ne pas vous donner de place. Il y a comme un jugement sur eux. Vous comprenez maintenant le phénomène de la projection. Alors comment apprivoiser votre ombre ? Jean Monbourquette, dans son excellent livre « Apprivoiser son ombre » nous invite à, tout d'abord, prendre conscience, au niveau cognitif, que l'on fait une projection sur quelqu'un comme vous le faites aujourd'hui sur les personnes au caractère fort. Ensuite de réaliser que ce trait de personnalité que l'on juge chez les autres existe en nous et qu'on l'a refoulé dans son ombre par volonté de se conformer aux attentes des autres. Cette personnalité forte habite certainement à l'intérieur de vous. Vous auriez à apprendre de ces personnes au caractère fort. Apprendre à vous affirmer davantage dans la vie, à dire plus ce que vous pensez, à oser dire « non ». C'est un peu comme si vous aviez à équilibrer le côté trop doux chez vous avec le côté violent ou plutôt affirmatif, cette ombre qui est en vous. Que diriez-vous si vous pouviez exprimer une douceur affirmative ou une douce violence ? Demandez-vous à quoi vous ressembleriez... Il est fort probable que vous ressentiez un regain d'enthousiasme en vous donnant le droit à cette nouvelle expression de vous-même.

 
0 commentaire - Ceux qui ont un caractère fort m'écrasent
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]