Françoise Hardy : son gros coup de gueule pour l'euthanasie

Françoise Hardy : son gros coup de gueule pour l'euthanasie
A lire aussi

6Medias, publié le mardi 27 décembre 2016 à 18h42

Françoise Hardy a frôlé la mort. Atteinte d'un lymphome, la chanteuse qui a échappé au pire s'estime miraculée.

Un combat contre la maladie qu'elle raconte dans son livre "Un cadeau du ciel" où elle évoque notamment son attrait pour la spiritualité et ses croyances en la réincarnation. Depuis qu'elle a flirté avec l'au-delà, la star des années 60 a des positions très tranchées sur tout ce que touche de près ou de loin la mort comme l'euthanasie. "On n'a pas les mêmes droits que les chiens et les chats sur ce sujet ! Lorsqu'ils deviennent trop malades, on abrège leur souffrance. Quand on voit quelqu'un en phase terminale (...) Savoir qu'on peut avoir recours à ça est un confort très important", déclare-t-elle dans une interview accordée au journal Le Figaro.



Celle qui ne cache pas son affection pour Emmanuel Macron pousse un coup de gueule contre les dirigeants français qui n'ont pas encore autorisé cette pratique qui divise. "Il est inconcevable qu'en France on n'ait pas les mêmes droits qu'en Suisse, en Belgique ou aux Pays-Bas", s'insurge l'artiste de 72 ans.

 
233 commentaires - Françoise Hardy : son gros coup de gueule pour l'euthanasie
  • On ne choisi pas de naitre, mais en tant qu'être humain conscient et lucide, j'estime que personne n'a le droit de m'imposer sa philosophie de la mort. Je n'autorise personne a s'attribuer droit de décider de ma fin de vie, qu'il soit porteur d'une blouse blanche ou non. Comme je ne m'autorise pas a décider de la fin de vie d'autres personnes. Chaque être humain doit être libre de son choix quand l'heure est venue et que la vie est dénuée de toute dignité.
    La loi Léonetti , malgré la reconnaissance des directives anticipées de fin de vie, laisse encore une fois de plus le médecin décider si la fameuse sédation profonde sera utilisée. Ceci veut dire en réalité de laisser mourir le patient de fin et de soif.
    Quelle hypocrisie!!!!!!!!!!!
    Si je n'ai pas la chance d'avoir une fin de vie sans trop de souffrance alors je préparerais les 8000 € pour aller mourir en Suisse comme autrefois les femmes suffisamment fortunées allaient a l'étranger pour se faire avorter?
    Pauvre hommes politiques qui ne tiennent pas leurs promesses de peur de manif des curetons traditionalistes.

  • Tout a fait d'accord avec elle

  • Beaucoup de commentateurs utilisent le mot "légume" pour qualifier des malades gravement atteints. Je trouve ce qualificatif infâme et extrêmement choquant: un être humain n'est JAMAIS un légume.

    vous n'avez jamais travailler en maison de retraite alors ...quand on garde les personnes agées malades pendant des semaines souvent juste nourries par perfussion qui n'ouvrent meme plus les yeux ...vous appelez ça comment !!!!!!!!

  • Bravo Françoise.
    je pose une question
    - le droit à l'avortement est légal en France - une future maman a le droit de vie ou de mort sur l'embryon, c'est à dire enfant à en devenir
    - abréger les souffrances d'un être aimé père, enfant, frère, mari, amant - ou mère,enfant, sœur, époux, amant reste un douloureux combat pour une famille
    pourquoi ???

  • bonsoir elle a raison on laisse souffir les gens simplement pour faire du fric

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]