C'est l'histoire d'un mec, disparu il y a 30 ans

C'est l'histoire d'un mec, disparu il y a 30 ans©Reuters
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 17 juin 2016 à 18h41

C'est l'histoire d'un mec, disparu il y a 30 ans. Le 19 juin 1986, Coluche meurt dans un accident de moto après avoir percuté un camion sur une route des Alpes-Maritimes.

Il n'a alors que 41 ans. Trois décennies plus tard, tout le monde crie au génie et les hommages pleuvent pour saluer l'artiste enterré au cimetière de Montrouge (Hauts-de-Seine), mais à l'époque si l'humoriste a son public, il divise.

Pour certains, il passe pour un homme mal élevé. Une image de provocateur assumée qui va contribuer à construire sa légende. Car dans tous les domaines, il n'hésite pas à faire bouger les lignes. A commencer par ses sketches désopilants loin du politiquement correct dont il revendique la grossièreté, qui pour lui n'est pas synonyme de vulgarité. Né en 1944 à Paris, Michel Colucci démarre au Café de la Gare après avoir tenté une carrière dans la musique. Son humour fait mouche dès les années 70.

"C'est l'histoire d'un mec", "Le flic", des sketches devenus cultes. "Quand j'étais petit, je voulais être chômeur, maintenant je suis chômeur", balançait-il. Précis, concis, drôle, précurseur. En privé, l'homme est marié à Véronique et père de deux garçons. Une paternité qui ne l'empêche pas de continuer à marquer son époque. Dans les années 80, c'est au cinéma qu'il arrive aussi à se faire un nom en cartonnant dans de nombreuses comédies. En 1984, il réussit la prouesse d'être sacré pour un rôle dramatique avec "Tchao Pantin" de Claude Berri, qui lui permet de remporter le César du meilleur acteur. Rare, à tel point que le titre du film a donné naissance à l'expression "avoir son Tchao Pantin". Un personnage en apparence sans limite que la télévision accueille, notamment Canal +.



Une petite lucarne qu'il n'hésite pas à parodier dans le sketch "Le Schmilblick" et dont il sait se servir, notamment lorsqu'il organise son faux mariage hilarant avec Thierry Le Luron. Mais Coluche ne s'arrête pas là et se présente à "l'érection présidentielle" de 1981, avec pour logique "si tous les cons se présentent, je peux y aller". Privé d'antenne, face aux pressions, il renonce. 1985, plus sérieux, l'homme de rire et de cœur profite d'être sur Europe 1, pour lancer son appel pour organiser une banque alimentaire. C'est le début des restaurants du cœur. Une jolie part de son héritage, qui mettra tout le monde d'accord.

 
33 commentaires - C'est l'histoire d'un mec, disparu il y a 30 ans
  • Vous me manquez toujours autant. J'ai eu le bonheur de vous voir au THEATRE de FOURVIERE à LYON J'ai vraiment passé une excellente soirée Merci L'ARTISTE !!!!!

  • le seul gars "publique" ayant laissé une trace pérenne ces 30 dernières années

  • C est vrai que la Coluche , très répandue à l époque et contagieuse pour les gens pas vaccinés a été éradiquée brutalement !


    cqfod

  • Le plus comique étant que pas un quidam ne se demande encore aujourd’hui pourquoi on n a jamais même une seule fois entendu parler de ce supposé chauffeur de camion , qui , c est évident aurait déjà fait fortune en racontant cette histoire ....si elle avait existé !

    cqfod

  • Trente ans déjà ! comme le temps passe vite....
    C'est l'histoire d'un mec qui a tout donné, au propre comme au figuré, sur un laps de temps très court.
    Mais qui s'est complètement planté dans son analyse humanitaire, comme son ami l'Abbé Pierre avant lui : on a beau être charitable, on ne parviendra jamais à vaincre le capitalisme avec la seule charité.
    Coluche prévoyait 2 ou 3000 repas/jour au lancement des restos du coeur. Durant l'hiver 2014, les restos du coeur ont servi 130 millions de repas ! soit plus de 1 million de repas/jour.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]