Un journaliste de Quotidien expulsé d'un déplacement de Marine Le Pen

Un journaliste de Quotidien expulsé d'un déplacement de Marine Le Pen©Robert Alain, Abaca
A lire aussi

Marc-Emmanuel Adjou, publié le jeudi 02 février 2017 à 11h00

Venu faire son travail, le reporter Paul Larrouturou a été congédié du Salon des Entrepreneurs où Marine Le Pen était présente.

C'est une scène d'une violence inédite. Ce mercredi 1er février, Marine Le Pen et son équipe de campagne étaient présents au Salon de Entrepreneurs, au Palais des Congrès de Paris. Sa conférence de presse achevée, la présidente du Front National est accostée par Paul Larrouturou, journaliste pour Quotidien, qui tente de l'interroger sur l'affaire des assistants parlementaires du FN. Sans obtenir de réponse, le reporter est violemment repoussé par des vigiles.

Va suivre une altercation presque surréaliste, où l'on aperçoit le service d'ordre escorter le journaliste et ses collègues vers la sortie. Remontée, l'équipe de Yann Barthès cherchera à justifier sa présence, n'hésitant pas à présenter ses accréditations, mais ses explications ne seront pas reçues par les gardes du corps. Mouvement de foule, cohue générale, échanges houleux... Paul Larrouturou est finalement expulsé de la salle.

Les journalistes solidaires, le FN sur la défensive

La séquence, d'une rare animosité a été vite partagée sur les réseaux sociaux, suscitant l'indignation de nombreux journalistes. Thomas Sotto, journaliste à Europe 1 signera à ce sujet un édito dénonçant cette attitude de la part du staff. "S'en prendre physiquement à un journaliste n'est jamais le signe d'une démocratie en bonne santé", a-t-il déclaré, en soutien à son confrère.

Au Front National, on nie toute consigne d'évacuation. Florian Philippot, porte-parole du parti d'extrême droite assure que les vigiles responsables de l'altercation travaillent pour le Palais des Congrès, et non pour le service d'ordre de Marine Le Pen. Il faut toutefois rappeler que les relations entre les hommes de main de Yann Barthès et le Front National sont plutôt tendues. Les journalistes de Quotidien (et du Petit Journal période Barthès) ont rarement été les bienvenus aux rassemblements organisés par le parti.

 
5 commentaires - Un journaliste de Quotidien expulsé d'un déplacement de Marine Le Pen
  • C'est ce qui nous attend si le F N arrive aux responsabilités pas de contestation,pas d'opposition

  • Un journaliste de l'équipe de qui? Yann Barthes mais c'est qui ce mec qui se prend pour un journaliste. Un journaliste doit rapporter la vérité et pas ce qu'il pense et se servir des médias pour faire passer ses messages. De droite comme de gauche d'ailleurs.

  • D'ailleurs si malheureusement l'Empereur allemand avait pris parti pour ce réseau, c'était pour en finir avec les socialistes de Gauche, qui à cette époque, ne l'oublions pas étaient considérés comme des communistes donc ennemi de l'Empire Allemand qui est de droite de surcroit, et rien tel qu'un parti d'extrême droite portant sous l'étendard de ultra nationaliste le thermes socialiste Allemand donc NAZI, alors qu'à cette époque beaucoup croyaient à la race pure qu'est la race blanche, beaucoup de mélange à cette époque de croire qu'il y avait plusieurs race humaine, alors qu'il y a qu'une seule espèce "homos sapiens".
    Et je rappelle aussi que la plupart des socialistes de gauche étaient pour la plupart des juifs, souvenez vous de ce fameux Sesnec en France, qui à cette époque s'était fait accusé à tord d'une affaire d'escroquerie qu'il n'était pas responsable, mais parce qu'il était malheureusement juif, et chez nous, en France, l'anti sémite existait bel et bien et pratiquement autant qu'en Allemagne, pour cette raison, que lorsque les Nazis prit la France, la zone libre prit de leur côté sans contestation, car Pétain avait les mêmes visions qu'eux, et avait crée sa milice pour venir en aide aux nazis, comme police ils recherchaient les juifs, les résistants français, les quelques militaires sous l'ordre de "de GAULLE" ou anglais ou américain" pour les dénoncer une fois pris aux Allemands, ce parti en France s'appelait la "république de Pétain" avec comme symbole, la croix celtique.
    Elle sera repris plus tard par Jean Mari LEPEN sous le nom du FN (Front National), alors ouvrer bien les yeux, car malheureusement pour ceux qui ont une conscience, regretteront d'avoir fait passé au pouvoir le FN.

  • d'abord nazie ne veut pas dire "nationaliste...mais "national-SOCIALISTE !!!!!.... ce petit rajoût en dit long sur les derives que peuvent nous apporter le socialisme...même avec des "cheveux"!!!..... quand a toi, ils ont dû te raser trop bas, et t'amputer le cerveau!!! pour repéter bêtement les "slogans " sans comprendre que tu es manipulé!...tous ces journalistes sont du même bord...et sont souvent tout miel pour avoir une interview...mais quand l'article parait, il est tiré au vitriol gauchiste obligatoire!!!!! quand le journaliste ne risque plus rien...dans le bureau de son journal ou de son hebdomadaire...Vas y marine! un peu d'air frais nous fera du bien!!....

  • Les journalistes seraient bien inspirés de rester à leur place et de faire leur métier d information souvent confondu par eux avec propagande d état . La situation est assez grave pour que les journalistes relatent les faits et uniquement les faits ,les petites questions insidieuses y en a marre .normal que certains soient énervés .

    ça c'est bien résumé...

    Oui, les journalistes se prennent pour des "enquêteurs" et provoquent parfois des drames ( le "suicide" de Pierre Bérégovoy).
    Il faut entraver leur soi-disant droit d'information qui est un non respect de la vie privée et même une entrave à la justice.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]