Une "explosion de plancton" et le Bosphore devient turquoise

Chargement en cours
 A Istanbul, le détroit du Bosphore, qui partage la métropole entre rives asiatique et européenne, se pare de turquoise, le 14 juin 2017.

A Istanbul, le détroit du Bosphore, qui partage la métropole entre rives asiatique et européenne, se pare de turquoise, le 14 juin 2017.

1/2
© AFP, BULENT KILIC
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 14 juin 2017 à 15h10

Les habitants d'Istanbul ont vu avec surprise ces derniers jours le détroit du Bosphore, qui partage la métropole entre rives asiatique et européenne, se parer de turquoise, ce que les scientifiques expliquent par l'apparition d'un certain plancton dans la mer Noire.

Au cours du weekend, les eaux du Bosphore, détroit qui lie la mer Noire à la mer de Marmara, ont pris une teinte turquoise vif, alarmant les riverains. Sur les réseaux sociaux, certains ont craint le déversement d'un quelconque polluant, tandis que d'autres ont suggéré une conséquence du séisme qui a frappé la côte égéenne lundi.

Mais pour les scientifiques, ce changement de couleur ne fait pas de mystère: il a été causé par une augmentation du plancton qui a également donné à la mer une odeur plus forte.

Ahmet Cemal Saydam, professeur en science environnementale à l'université de Hacettepe, a expliqué à l'agence privée Dogan que le changement était dû à une hausse du nombre d'Emiliania huxleyi, une espèce de phytoplancton marin très répandue qui joue un rôle essentiel dans la régulation de la teneur en dioxyde de carbone de l'atmosphère.

"Il y a une explosion du nombre d'Emiliania huxleyi dans la mer Noire. C'est une bénédiction", explique M. Saydam.

"Cela n'a rien à voir avec de la pollution", assure-t-il, précisant que ce phénomène est très bon pour les anchois, prisés à Istanbul.

Le changement de teint de la mer Noire a également été immortalisé par une image satellite de la Nasa.

Selon l'agence spatiale américaine, cette coloration laiteuse est "probablement due à l'augmentation d'un phytoplancton particulier appelé coccolithophore", une espèce à laquelle appartient Emiliania huxleyi.

"Cet organisme est recouvert de carbonate de calcium blanc et, lorsqu'il est présent en grandes quantités, tend à donner à l'eau un éclat laiteux", explique la Nasa.

Emiliania huxleyi est extrêmement adaptable: cet organisme unicellulaire subsiste tant dans les eaux équatoriales qu'en région subarctique.

 
3 commentaires - Une "explosion de plancton" et le Bosphore devient turquoise
  • C'est une agence spatiale qui explique des histoires d'animaux marins?

  • Alors, ça bosse fort ou ça dardanelle ?

  • ces coccolithophores capture en effet du CO2 pour "recracher" de l'O2 mais ils sont très peu efficaces comparé au phytoplanctons des eaux froides comme les diatomées, dans certaines phase de sa vie les coccolitophores rejettent même du CO2.
    En fait c'est une fausse bonne nouvelle car ça met en évidence le réchauffement des océans, avec une crainte pour nos chères diatomées vivant dans les eaux froides qui elles produisent 70 % de notre oxygène en captant autant de CO2, elle prend l'atome de carbone pour elle et rejette le dioxygène

    "ça met en évidence le réchauffement des océans,"
    ça ne prouve strictement rien. C'est un phénomène local comme il en arrive dans tous les coins du globe quand quelques paramètres sont modifiés (les écosystèmes ne sont pas statiques comme certains voudraient le faire croire).
    Arrêtons de tout ramener au "réchauffement climatique", c'est d'un pénible à la longue.

    Les squelettes des coccolithophoridés constituent la craie, qu'on trouve par exemple sur les falaises du bord de la Manche. Ces squelettes calcaires (carbonate de calcium, CaCO3), qui vont se déposer au fond de la mer, sont formés par absorption du CO2 et cela constitue donc bien une bonne nouvelle.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]