Quand le patron de Snap horripile les marchés

Quand le patron de Snap horripile les marchés
A lire aussi

LesEchos, publié le dimanche 13 août 2017 à 20h09

L'anecdote illustre l'incompréhension grandissante entre Wall Street et Snap. Lors de la conférence de présentation des résultats, après un nouveau commentaire alambiqué d'Evan Spiegel, un analyste a laissé son micro ouvert. Tout le monde a pu l'entendre, hilare : « Je n'ai même pas compris sa réponse ! » S'en est suivi un silence gêné…

Il faut dire que le jeune patron de Snap, pourtant attendu au tournant, a fait le service minimum. Comme certains le lui demandaient, il s'est finalement engagé, tout comme l'autre fondateur Bobby Murphy, à ne vendre aucun de ses titres avant la fin de l'année. « Nous croyons profondément au succès à long terme de Snap », a-t-il affirmé. Mark Zuckerberg avait fait de même, alors que le titre de Facebook était chahuté à Wall Street…

Lire la suite sur LesEchos

 
0 commentaire - Quand le patron de Snap horripile les marchés
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]