Le minier Eldorado revient provisoirement sur sa menace de quitter la Grèce

Le minier Eldorado revient provisoirement sur sa menace de quitter la Grèce

Des mineurs d'Eldorado protestent contre le gel annoncé des activités de la compagnie canadienne en Grèce. Celle-ci est revenue sur sa décision jeudi.

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 21 septembre 2017 à 14h44

La compagnie minière canadienne Eldorado a provisoirement retiré jeudi sa menace de geler ses activités en Grèce, soulignant qu'un "dialogue constructif" est engagé avec le gouvernement sur ses projets qui se heurtent à une forte contestation environnementale. 

"Nous sommes très satisfaits du dialogue constructif" en cours avec le gouvernement, a déclaré dans un communiqué le président du groupe, Georges Burns, qui a mis en avant une série d'autorisations "de routine" récemment délivrées aux activités de la compagnie par les autorités grecques. 

"Nous avons décidé de repousser provisoirement notre décision" de geler les activités du groupe en Chalcidique (nord-est), a-t-il ajouté, renvoyant aux résultats, attendus sous plusieurs mois, d'une procédure d'arbitrage que vient d'engager le gouvernement. 

Cette décision a été annoncée alors qu'un demi-millier de mineurs du groupe manifestaient en milieu de journée dans le centre d' Athènes, menaçant de "tout casser" si Eldorado n'obtenait pas le feu vert à ses activités. 

La société, dont les activités sont visées depuis des années par des recours de riverains et défenseurs de l'environnement, avait menacé le 11 septembre de suspendre ses activités à partir du 22, si elle ne décrochait pas les autorisations permanentes qu'elle réclame. 

Exploitant déjà une mine à Stratoni (argent, plomb, zinc), Eldorado entend développer des activités d'extraction dans la même région, à Skouries (or, cuivre) et Olympias (or, argent, plomb, zinc). Le groupe a également un projet d'exploitation plus à l'est, en Thrace, à Perama (or, argent).

La société, qui affirme faire travailler 2.400 personnes et vouloir en recruter plus d'un millier supplémentaire, a déjà menacé à plusieurs reprises de quitter la Grèce pour faire pression sur de précédents gouvernements.   

Le ministre grec de l'Environnement Georges Stathakis, avait répondu à la nouvelle menace du groupe en le rappelant au "respect des procédures détaillées" prévues pour les investissements par la  "législation européenne et nationale". 

Le Syriza du premier ministre Alexis Tsipras a longtemps soutenu l'opposition aux activités d'Eldorado, avant d'accéder au pouvoir et de s'activer pour attirer des investissements dans le pays surendetté.  

 
0 commentaire - Le minier Eldorado revient provisoirement sur sa menace de quitter la Grèce
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]