Le blues des géants taïwanais de l'électronique

A lire aussi

LesEchos, publié le vendredi 22 septembre 2017 à 05h06

La réputation des ingénieurs taïwanais n'est plus à faire ! La transaction entre Google et HTC vient encore de le démontrer. La société californienne débourse peu ou prou 500.000 dollars par employé débauché de chez son sous-traitant ! Mais la matière grise ne fait pas tout. La transaction illustre aussi les déboires d'une ex-gloire de l'électronique taïwanaise, qui a vu son chiffre d'affaires fondre de plus d'un tiers l'an dernier (à 2,6 milliards de dollars) et a affiché une perte nette de 351 millions de dollars.

HTC n'est pas la première entreprise de l'île à se casser les dents sur un marché du mobile ultra-concurrentiel. Au milieu des années 2000, BenQ (issu du géant Acer) nourrissait d'immenses ambitions, bien décidé à se faire un nom parmi les mastodontes…

Lire la suite sur LesEchos

 
0 commentaire - Le blues des géants taïwanais de l'électronique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]