Galileo: les causes des problèmes des horloges atomiques identifiées

Galileo: les causes des problèmes des horloges atomiques identifiées

Lancement de la fusée Ariane 5 avec quatre satellites Galileo du port spatial européen de l'ESA à Kourou, Guyane française le 17 novembre 2016

A lire aussi

AFP, publié le lundi 03 juillet 2017 à 21h07

Les causes du "mauvais fonctionnement" de certaines horloges atomiques du système de navigation Galileo ont été "identifiées" et des mesures ont été mises en place pour éviter que le problème ne s'étende, a déclaré lundi à l'AFP une porte-parole de la Commission européenne.

Les problèmes rencontrés sur "plusieurs" horloges atomiques de Galileo "n'affectent pas les performances des services" initiaux du système de navigation européen lancés le 15 décembre, a tenu à souligner cette porte-parole, Lucia Caudet.

En janvier, le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA) Jan Woerner avait reconnu que neuf horloges atomiques étaient en panne.

Lundi, le site latribune.fr a affirmé qu'actuellement "une vingtaine" d'horloges atomiques connaîtraient des "dysfonctionnements, dont dix seraient d'ores et déjà hors service", parmi les 72 actuellement en orbite.

Ce chiffre d'une "vingtaine" est démenti par une source proche du programme Galileo.

Les horloges atomiques de Galileo doivent assurer au système européen une très grande précision. C'est pourquoi chaque satellite emporte par précaution avec lui quatre horloges atomiques de deux types (des masers à hydrogène passif - les plus performants- et des horloges atomiques au rubidium). 

Pour que chaque satellite fonctionne bien sur ce plan, il faut qu'au moins une des quatre horloges soit en bon état de marche.

Suite à la découverte des dysfonctionnements, une enquête a été menée par l'Agence spatiale européenne (ESA). Elle a rendu ses conclusions en juin, précise la porte-parole de la Commission.

"Les causes principales de ces mauvais fonctionnements ont été identifiées et des mesures ont été mises en place pour réduire la possibilité de mauvais fonctionnements supplémentaires sur les satellites déjà en orbite", indique-t-elle. Des interventions ont eu lieu "sur ceux qui sont encore en cours de production", a-t-elle ajouté.

"La fourniture des premiers services de Galileo n'a pas été et ne sera pas affectée par le mauvais fonctionnement des horloges atomiques ou par d'autres mesures correctives", a-t-elle assuré.

Au total, 18 satellites Galileo sont en orbite autour de la Terre actuellement. Quatre autres devraient être lancés par une fusée Ariane 5 en décembre 2017.

Galileo est financé par l'Union européenne, qui est propriétaire de ce système de navigation plus précis que le GPS américain.

 
8 commentaires - Galileo: les causes des problèmes des horloges atomiques identifiées
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]