Des scientifiques ont percé le mystère des cycles solaires

Des scientifiques ont percé le mystère des cycles solaires

Des scientifiques ont percé le mystère de l'inversion tous les onze ans en moyenne du cycle magnétique du soleil

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 14 juillet 2017 à 09h13

Des scientifiques ont percé le mystère de l'inversion tous les onze ans en moyenne du cycle magnétique du soleil, une avancée avec des applications importantes pour prévoir les éruptions solaires pouvant perturber les communications sur Terre.

Cette découverte, publiée jeudi dans la revue américaine Science, expose l'existence d'une puissante rétroaction entre le champ magnétique du soleil et les écoulements de fluide conducteur, dont un mouvement de rotation interne.

Ce sont les variations de cette rotation qui déterminent la période du cycle, ont conclu les chercheurs qui ont utilisé une simulation informatique en 3D de l'intérieur d'étoiles semblables au soleil.

Dans certains cas, comme pour le soleil, ce champ magnétique oscille sur une période décennale. D'autres étoiles ont des cycles magnétiques allant d'une à plusieurs dizaines d'années.

Pour le soleil, la variation va de huit à quatorze ans.

Grâce à différents programmes d'observation, les chercheurs disposent aujourd'hui d'informations sur la durée des cycles magnétiques d'étoiles de type solaire, dont ils connaissent souvent la luminosité avec une bonne précision, en plus de leur rotation et de leur cycle magnétique.

"On a mis en lumière un mécanisme fondamental qui détermine la longueur des cycles, ce qui va permettre de faire de la prévision à long terme sur le cycle lui-même", explique à l'AFP Antoine Strugarek de l'université de Montréal, principal auteur de ces travaux.

Cette nouvelle capacité intéressera particulièrement les industriels et opérateurs de satellites qui pourront ainsi mieux prévoir les futures éruptions solaires, pointe-t-il.

"On pourra ainsi dire si le prochain cycle magnétique du soleil d'ici dix ou vingt ans sera intense, long ou court ce qui permettra de savoir, entre autres, quel type de satellites peut être mis sur orbite et les fenêtres de tir les plus favorables", précise l'astrophysicien.

Ces travaux ont démontré que "le cycle de onze ans est le cycle principal de toutes les étoiles de type solaire", ajoute Allan Sacha Brun, chef du Laboratoire Dynamique des Etoiles, des (Exo)planètes et de leur Environnement à l'Institut français de recherche sur les lois fondamentales de l'univers.

Les simulations du magnétisme des étoiles de type solaire devraient permettre notamment de mieux exploiter les données scientifiques récoltées lors des futures missions de l'Agence spatiale européenne (ESA): "Solar Orbiter", un satellite d'observation du soleil, doit être lancé en 2018 puis PLATO (Planetary Transits and Oscillations of stars) devrait être déployé en 2024 pour traquer des exoplanètes.

js/elc

 
3 commentaires - Des scientifiques ont percé le mystère des cycles solaires
  • Pourquoi ne pas avouer que les cycles solaire régissent le climat sur notre planète terre?

    avatar
    Sauvageon  (privé) -

    C'est un des paramètre à prendre en compte, mais pas le seul.
    De plus, est ce le principal ?

  • associé aux vents solaires d'autres systèmes, c'est aussi celui qui régit le climat sur terre, mais en convenir donnerait raison à Trump

    arrêter de lui mettre tout sur le dos il est pas responsable de tout et sur le réchauffement moi je suis pas la pensée unique.

    avatar
    Sauvageon  (privé) -

    Donc selon vous les milliers de scientifiques qui de part le monde travaillent sur la question climatique ont tout faux ?

    Le climat sur terre ne serait régit que part, et uniquement, le cycle solaire associé aux vents solaires des autres systèmes !

    """ Pour le dernier millénaire, il semble que les fluctuations solaires soient à l'origine de changements climatiques importants tels l'optimum médiéval (période plus chaude centrée sur le XIIe siècle) ou le petit âge glaciaire (période de froid qui a touché l'Europe entre environ 1550 et 1850) .
    Deux périodes de quasi absence de taches solaires (minimum de Spörer de 1400 à 1510 et minimum de Maunder de 1645 à 1715) seraient ainsi associées au petit âge glaciaire. L'optimum médiéval et le réchauffement récent correspondent par ailleurs à deux minimum du radiocarbone tandis que la période du petit âge glaciaire coïncide avec un maximum. Les minima prolongés d'activité solaire semblent correspondre à des périodes d'avances glaciaires et de refroidissement climatique.
    Cependant si les relations entre carbone 14 atmosphérique résiduel et activité solaire ne sont pas mis en cause, si l'influence des variations de l'activité solaire sur le climat ne fait plus guère de doute aujourd'hui, l'ampleur de cette influence reste l'objet de vives controverses. """

    Si il est exact de constater, au conditionnel, ce qui précède, néanmoins... :

    """"" L’idée que des variations de l’activité solaire puissent expliquer le changement climatique en cours est très répandue dans la blogosphère climatosceptique. Un petit nombre de travaux ont en effet été publiés ces dernières années, proposant un lien entre l’envolée récente des températures et les fluctuations du Soleil. Cette théorie, qui ne remet pas en cause la réalité de l’effet de serre, s’est avérée invalide et n’a plus cours dans la communauté scientifique compétente. """""

    Autrement dit... :
    Quid des gaz à effet de serre et des nombreux autres paramètres que sont la déforestation, la destruction des milieux, les très nombreuses perturbations apportées aux équilibres écologiques par l'homme ?

    Une broutille négligeable selon vous et les quelques "scientifiques" qui adoptent cette thèse. Scientifiques qui, curieusement, se trouvent souvent en situation de conflit d'intérêt, payés de façon plus ou moins directe par des acteurs économiques très riches et influents qui ont tout intérêt à nier la part de responsabilité humaine dans l'accélération du changement climatique pour pouvoir continuer leur très juteux business.

  • Cela pourrait être presque intéressant si l'on comprenait quelquechose !!!! même en étant vulgarisé, l'article est très obscure !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]