Val d'Oise : meurtre à l'hôpital psychiatrique

Val d'Oise : meurtre à l'hôpital psychiatrique©Reuters
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 10 juin 2016 à 17h10

Une patiente, traitée pour schizophrénie, a été tuée par les coups de sa voisine de chambre, dans un hôpital psychiatrique de Beaumont-sur-Oise.
La semaine dernière, un drame s'est produit dans le centre psychothérapique "Les Oliviers", à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise). Lydie, patiente de 60 ans, suivie pour schizophrénie, a été tuée par sa voisine de chambre.

"Elle lui a mis un oreiller sur la tête pour l'étouffer et elle lui a arraché les yeux", raconte Fernand, le mari de la victime au Parisien. L'hôpital assure être intervenu pour maîtriser la femme à l'origine de l'attaque, sans parvenir à ranimer la patiente. Transférée au service réanimation en état de mort cérébrale, elle est décédée deux jours plus tard, vendredi 3 juin selon le quotidien.

L'entourage et la famille de Lydie avouent ne pas comprendre pourquoi elle a été placée dans ce service aux côtés d'une voisine violente. "Pour moi, elle n'aurait pas dû être placée avec une personne aussi violente. Je me demande si les mesures pour la protéger ont bien été prises", confie une proche au Parisien.
La victime, qui rentrait chez elle à Baumont-sur-Oise, quand son état le permettait, était régulièrement admise en unité ouverte. Cette fois, le médecin avait décidé de la placer pour la deuxième fois dans une autre unité, un service fermé, précise 20 Minutes. "J'aurais préféré qu'ils fassent comme d'habitude", précise son mari.
La direction de l'hôpital n'a pas souhaité indiquer les raisons qui ont poussé les deux patientes à se retrouver dans la même chambre. Une enquête judiciaire, et une enquête interne à l'établissement ont été ouvertes. En 2009, des faits similaires s'étaient déjà produits au sein de cet hôpital.

 
47 commentaires - Val d'Oise : meurtre à l'hôpital psychiatrique
  • Et partout les places d'hôpital sont fermées! C'est un vrai carnage en psychiatrie : autant pour les soignants que pour les patients!

    La dictature de l'ARS et de certains directeurs est terrible. L'enfer c'est pour les familles de ces malades aussi, l'enfer est pour les patients qui ne peuvent pas être hospitalisés sinon sur des lits de camps dans les urgences, l'enfer est pour les soignants pressurés de toute part, lâchés par les médecins et attaqués par les patients les plus violents!

    L'hôpital psychiatrique est en train de crever et personne ne dit rien surtout pas notre chère Ministre!

  • Une fois encore, on assiste à un meurtre terrifiant qui aurait pu être évité s'il y avait eu un meilleur encadrement et plus de personnel : cette pauvre femme est "morte étouffée, et les yeux arrachés " !

    Il n'y a toujours pas plus de surveillance sur les malades ?

    Je vous rappelle ce fait divers qui nous avait horrifiés : des infirmières avaient été décapités par un malade psychiatrique !

    Quand aux familles, oui, il faut le dire, vivre avec des gens malades, devient vite un enfer !

    Gheisha

  • je lis: elle était régulièrement admise en unité ouverte, donc pas si atteinte, alors pourquoi sa famille ne s'en occupait pas puisqu'elle ne""semblait"" pas si dangereuse.
    mon analyse va sembler acerbe, mais hospitaliser une personne parce que l'on ne veut pas assumer sa différence n'est pas non plus charitable et peut être que si on l'a mise en unité fermée c'est qu'elle manifestait une opposition à cette hospitalisation ? ? ? ?
    nous ne savons pas, alors pourquoi s'en prendre au personnel, l'enfermement est une association famille/soignant

    Quand vous aurez vécu une trentaine d'années avec un fils schizophrène à la maison, vous serez autorisé à donner un avis éclairé sur la question. L'hospitalisation, on y a recours quand on a besoin de souffler un peu, tout en sachant très bien que ça ne guérira pas le malade.

    Sa "différence" relève de la psychiatrie : les crises peuvent engendrer de grandes souffrances chez les malades et l'état général, bien des difficultés pour les proches qui doivent y faire face. N'hésitez pas à vous renseigner un minimum avant de prétendre vous exprimer.

    Cela ne justifie pas ce qui s"est passé.!!!

    ne dites pas n'importe quoi, laissez une schizo en liberté est une abomination , au contraire trop de personnes ayant besoin de soins au quotidien et d'être suivi sont en liberté et on voit le résultat, mais budget etc..

  • Les médecins psychiatres sont toujours dépassés par la gravité mentale de leurs malades et il s'ensuit ce genre de drame. L'hopital est en cause également.

    S'il n' y avait que les psychiatres qui étaient dépassés par ce qui se passe autour d'eux.!!!!

  • j ai vécu une bonne partie de ma vie avec une épouse schyso et parano ! et je peux vous dire que ces gens sont imprévisible ! la maladie mentale c est cela ! ça rend les gens imprévisibles , perso j ai donné ...et je ne suis pas du tout étonné de lire des faits divers de ce genre ! j ai ete regulierement menacé avec un couteau de cuisine parexemple et lorsque l on sent la lame froide sur la carotide on réfléchit vite , puis tentative d empoisonnement , ect sans compter de dormir sur oeuil en travaillant comme un malade ....bref ces gens sont dangereux tous sans exception et devrait etre mis en chambre individuelle .....dans la démence j affirme qu il n y a pas de grande ou petite démence ....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]