Seine-Maritime : une ado de 13 ans se suicide, soupçons de harcèlement

Seine-Maritime : une ado de 13 ans se suicide, soupçons de harcèlement

Le jeune fille aurait reçu des SMS menaçants quelques minutes avant le drame, a assuré le 11 mars 2017 Paris-Normandie. (photo d'illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 12 mars 2017 à 12h05

Une enquête a été ouverte samedi 11 mars, après le suicide d'une adolescente de 13 ans qui s'est jetée du 7e étage de son immeuble au Grand-Quevilly, près de Rouen, a rapporté Le Parisien. Les policiers soupçonnent un cas de harcèlement.



La jeune fille est décédée vendredi soir à l'hôpital, des suites de ses blessures. Peu avant 20h, ce soir-là, l'adolescente reçoit "des SMS sur son portable de la part d'une ou plusieurs camarades, comme quoi des informations compromettantes seraient diffusées, on imagine sur les réseaux sociaux, a révélé une source policière, citée par Paris-Normandie. Quelques instants après, sa mère reçoit à son tour sur son téléphone des captures d'écran sur lesquelles étaient indiqué qu'elle aurait bientôt une 'drôle de surprise'." La maman aurait demandé des explications à sa fille, qui, après coup, se rend dans sa chambre et saute dans le vide.

Les enquêteurs privilégient la piste du harcèlement, d'une "rivalité entre filles", selon une source judiciaire citée par Le Parisien.

Le 27 février, un adolescent de 14 ans s'était lui aussi défenestré depuis le 13e étage de son immeuble, dans la commune voisine de Canteleu. Des proches du garçon avait évoqué un possible harcèlement scolaire.

 
13 commentaires - Seine-Maritime : une ado de 13 ans se suicide, soupçons de harcèlement
  • il faudrait coller une amende d'un million de dollards aux réseaux responsables du suicide d'un ados peut etre y aurais il une meilleure utilisation de ces réseaux sociaux et bill gates n'en serait pas moins riche lui et les autres

  • pourquoi n'y a t il pas des campagnes d'affichages dans les écoles sur les conséquences de ce type de harcèlement
    et aussi les sanctions pénales encourues par les auteurs

    Je suis professeur des écoles en classe de CM1/CM2 et je peux vous affirmer qu'un gros travail de prévention est réalisé. L'éducation nationale est de plus en plus active sur ce sujet, et les moyens mis en oeuvre multipliés ces dernières années. Malheureusement, le harcèlement dépasse bien souvent le cadre de l'école à cause des réseaux sociaux : les messages se propagent de manière virale, et prennent une proportion immense. J'espère que la génération d'écoliers sensibilisés bien mieux et bien plus tôt changera cette donne et fera évoluer cette situation

  • mais à quelle époque vivons nous ? qu'ont-ils à la place de la cervelle ces ados harceleurs ? j'espère que leur vie sera démolie à jamais pour avoir poussé cette jeune fille au suicide, il sera facile avec les n°s de portable des harceleuses ou harceleurs de les retrouver. De tout coeur avec les proches de cette jeune fille

  • Odieux réseaux sociaux qui conduisent 0 ces actes desespérés parmi ces fillettes fragiles .

  • Le harcèlement à l'école devrait faire l'objet d'une inscription au casier judiciaire au équivalent si cela n'est pas possible pour des mineurs.
    Cette inscription devrait viser l'ensemble des élèves de la classe de l'élève victimes qui ont participé ou laissé faire même punition pour les enseignants de la classe concernée. Il faut que cela cesse, c'est intolérable de cruauté . Il faut sanctionner automatiquement collectivement. Inutile de perdre son temps à enquêter qui a fait quoi, les silencieux sont aussi coupables que les harceleurs. La punition collective c'est toujours ce qui a fonctionné autrefois en classe puis au service militaire !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]