Les surveillants de Fleury-Mérogis suspendent leur mouvement après négociations

Les surveillants de Fleury-Mérogis suspendent leur mouvement après négociations

L'entrée de la prison de Fleury-Merogis, le 7 avril 2017

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 21 avril 2017 à 17h47

Fleury-Mérogis: les surveillants de la maison d'arrêt ont annoncé la suspension de leur mouvement de protestation lancé il y a deux semaines

Les surveillants de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis ont annoncé vendredi la suspension de leur mouvement de protestation lancé il y a deux semaines, après avoir notamment obtenu des engagements en matière d'augmentation du nombre de surveillants et de baisse du nombre de détenus.

Le mouvement avait démarré après l'agression de six gardiens de la prison, la plus grande d'Europe, et culminé le 10 avril lorsque 350 d'entre eux avaient bloqué l'accès à la maison d'arrêt.

"Les surveillants ont voté la suspension du mouvement, jusqu'à nouvel ordre" après avoir reçu des réponses "satisfaisantes" à leurs revendications, a annoncé à l'AFP Thibault Capelle, du syndicat FO Pénitentiaire (minoritaire).

Effectifs, vidéosurveillance, fouilles, accueil des radicalisés: l'intersyndicale locale (Ufap-Unsa Justice, CGT Pénitentiaire, FO Pénitentiaire) a fait valoir ses revendications jusqu'à tard jeudi soir auprès du directeur interrégional de l'administration pénitentiaire.

"On a tout obtenu, sauf la fouille générale (de la prison). Ils nous proposent un plan de fouilles sectorielles", a précisé M. Capelle. Une note en ce sens est "en cours d'écriture", a assuré à l'AFP un membre de la direction de l'administration pénitentiaire (DAP), qui promet un plan "massif et précis". 

Côté effectifs, 126 surveillants sortis d'école doivent être affectés à Fleury-Mérogis, ainsi que 20 premiers-surveillants lors de la prochaine vague de mutations. "D'ici le mois de juin, on sera de retour à effectif quasi complet", a assuré le syndicaliste. Environ 1.100 surveillants y travaillent actuellement.

Pour désengorger la maison d'arrêt, qui compte 4.500 détenus pour 2.900 places, et les autres prisons d'Île-de-France, où la surpopulation dépasse parfois les 200%, l'administration pénitentiaire va poursuivre les transferts de détenus vers d'autres régions. 

"Depuis le début de l'année, 560 détenus ont quitté les prisons franciliennes, dont 25 à Fleury-Mérogis lors des dix derniers jours. Ca va se poursuivre jusqu'à l'été", a assuré le membre de la DAP. 

Une enveloppe, dont le montant n'a pas été précisé par la DAP, va être dédiée au financement de travaux de sécurisation, dont la vidéosurveillance sur l'ensemble du domaine.

Enfin, l'ouverture du quartier d'évaluation de la radicalisation (QER) à Fleury-Mérogis, décidée fin octobre par le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, a été reportée "de quelques semaines", selon la DAP, comme le réclamaient les syndicats. 

 
3 commentaires - Les surveillants de Fleury-Mérogis suspendent leur mouvement après négociations
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]