Escroquerie en bande organisée: 5 ans de prison ferme requis contre un faux agent secret

Escroquerie en bande organisée: 5 ans de prison ferme requis contre un faux agent secret

An allegory of Justice is pictured in front of lawyer dress in the Maison Bosc store, which has been manufacturing legal and academic dress in France and abroad since 1845, on December 4, 2013 in Paris. AFP PHOTO / FRANCK...

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 15 juin 2017 à 19h27

Six ans de prison, dont un avec sursis, ont été requis jeudi à l'encontre d'un faux agent secret qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Versailles pour avoir soutiré plusieurs millions d'euros à des personnes dont il avait gagné la confiance.

Le ministère public a également requis le maintien en détention de ce Libanais de 42 ans, une interdiction de gérer pendant dix ans et 30.000 euros d'amende à son encontre.

"La totalité des infractions" reprochées au "donneur d'ordre, organisateur et principal bénéficiaire du système" sont "parfaitement caractérisées", a appuyé le procureur Marc Bourragué. Le prévenu n'a "aucune excuse" et "ne semble pas avoir de réflexion approfondie sur son comportement" délictuel, a pointé le magistrat.

L'homme au casier judiciaire jusque là vierge est poursuivi notamment pour escroquerie, extorsion, abus de confiance et blanchiment en bande organisée ou encore pour falsification de chèque.

Il est accusé d'avoir, pendant une dizaine d'années et par une habile "mise en scène", fait accroire à son entourage et à des gérants de sociétés qu'il travaillait pour les services secrets et pouvait ainsi leur rendre des services en échange de remises de fonds, a relaté le procureur. L'argent était ensuite transféré, via ses compagnes ou ses hommes de paille, pour une part sur des comptes libanais opaques, servant pour l'autre à financer le train de vie dépensier de l'intéressé, installé près de Rambouillet (Yvelines).

Ce dernier a toujours nié les faits d'extorsion et de blanchiment et s'être fait passer pour un agent secret, criant à une "cabale" lancée contre lui par les victimes et ses co-prévenus. 

Le principal prévenu "est une matière gluante qui vous enferme et étouffe vos capacités de raisonnement", a estimé le procureur, rejetant fermement la thèse du complot.

"Je m'excuse, j'ai fait des bêtises. On m'a prêté de l'argent, je n'ai pas remboursé. Ce n'est pas une fierté d'être dans une pièce si grande dont les murs se rapprochent...", a dit le prévenu d'une voix tremblante au tribunal, invité à prendre la parole en dernier.

Me Alexandre Picaud, l'un de ses avocats, a souligné que son client avait "reconnu certains torts" et qu'il n'était certes "pas parfait". Mais il a demandé notamment une relaxe pour les faits d'extorsion, par "manque d'éléments constitutifs de l'infraction".

Quatre ans de prison, dont un avec sursis, ont par ailleurs été requis à l'encontre d'un de ses complices présumés, un ex-musicien de la fanfare de la gendarmerie mobile de Maisons-Alfort (Val-de-Marne), qui lui servait de chauffeur et de coursier.

Des peines allant d'un an de prison avec sursis à un an ferme ont été requises contre deux autres hommes de main et un expert-comptable, assorties d'interdictions temporaires de gérer ou d'exercer.

Tout au long du procès, ces coprévenus, qui comparaissaient libres, ont décrit l'état de "dépendance" psychologique et/ou financière que l'homme, "manipulateur" et "charismatique", avait su leur imposer.

Le tribunal doit rendre sa décision le 20 juin.

 
1 commentaire - Escroquerie en bande organisée: 5 ans de prison ferme requis contre un faux agent secret
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]