Deux-Sèvres : un couple découvre un squelette d'enfant dans son jardin

Deux-Sèvres : un couple découvre un squelette d'enfant dans son jardin

Les gendarmes estiment que le squelette est celui d'un enfant de 6 à 10 ans.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 04 juillet 2017 à 11h25

Un couple habitant à Germond-Rouvre, près de Niort dans les Deux-Sèvres, a découvert dans son jardin des ossements qui pourraient être ceux d'un enfant, rapporte La Nouvelle République lundi 3 juillet.

C'est en relevant le courrier samedi après-midi que Muriel repère une "plante bizarre". À cet endroit, un talus a été en partie creusé pour permettre l"installation d'un compteur électrique, et la pluie a lessivé la terre nue.

"J'ai tiré sur la plante pour l'arracher, et je me suis retrouvée avec des os. Ça faisait comme des côtes, des petites côtes", raconte-t-elle à la Nouvelle République. Elle alerte son compagnon, qui pense d'abord à la dépouille d'un animal. Mais en creusant un peu plus, il découvre un crâne et une mâchoire, qui écartent cette piste.

UN ENFANT DE 6 À 10 ANS

Les gendarmes sont alertés et des agents de l'identification criminelle attribuent le squelette à un enfant de 6 à 10 ans. D'autres ossements sont ensuite exhumés, formant un squelette très incomplet, qui sera placé sous scellés. Il doit être examiné par l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie basé à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour en déterminer l'ancienneté.

Le maire de la commune a expliqué à la Nouvelle-République qu'une découverte similaire avait été faite il y a quelques années, quand un habitant avait décaissé son terrain. "On avait découvert des restes de corps alignés. Déjà, à l'époque, on avait envoyé les os à l'institut criminel. Les scientifiques avaient établi que ça remontait à l'an mil", se souvient Gérard Époulet.

 
4 commentaires - Deux-Sèvres : un couple découvre un squelette d'enfant dans son jardin
  • j'ai enquêté sur une dizaine de squelettes découverts dans un terrain raviné. Il s'agissait d'une épidémie de choléra au moyen âge. Les moines seuls acceptaient de les enterrer. Le quartier s'appelle encore "Les Moines". Les enfants non baptisés ne figuraient pas sur les registres paroissiaux et ils étaient les plus nombreux. Aujourd'hui encore, dans les Cévennes, les protestants enterrent leurs morts dans le jardin ou la cave. Il s'agit d'une dérogation : les huguenots n'avaient pas le droit d'aller au cimetière

  • plus sérieusement.
    Pendant des années et jusqu’à il n'y a pas très longtemps dans un certain secteurde la région, les familles avaient leur cimetière familial au fond du jardin ou dans un champs qui leur appartenait.
    Chaque famille l'entretenait ce qui a éte vue d'un mauvais oeuil par les pompes funèbres qui y voyait la un manque a gagner!!!

    Peut être cela a t'il un rapport avec cette affaire.

  • ou a un pervers qui a encore tué un gosse mort aux vaches

  • c'est peut être celui du petit jésus...

    Plus sérieusement j'espère qu'il ne s'agit pas d'Estelle Mouzin ni de Marion Wagon. J'imagine déjà les parents anxieux en train de réclamer une comparaison ADN!

    je pense que c'est de l'humour ? ? ? nul ...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]