UFC-Que Choisir : plus de 1.000 produits sur la liste des cosmétiques dangereux, dont 23 hors la loi

UFC-Que Choisir : plus de 1.000 produits sur la liste des cosmétiques dangereux, dont 23 hors la loi

L'allée shampoings d'un supermarché du Calvados, le 26 février 2013 (illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 07 juin 2017 à 18h45

La liste des produits dangereux que nous stockons dans notre salle de bain s'allonge. L'association UFC-Que Choisir a mis à jour son classement des cosmétiques "indésirables", mercredi 7 juin.

À nouveau, de grandes marques et des produits de consommation courante sont épinglés.

Shampoing, maquillage, déodorant, crème solaire : les substances indésirables se nichent partout. Ce sont désormais plus de 1.000 produits qui sont répertoriés par l'UFC-Que Choisir. "Au palmarès des produits les plus préoccupants figurent (...) les produits contenant des perturbateurs endocriniens", explique l'association. Lesquels ? L'UFC cite, entre autres, l'huile sèche sublimante du Petit marseillais, le déodorant Natur Protect de Sanex ou encore le rouge à lèvre de la marque Deborah Milano. Ce dernier produit cumule à lui seul pas moins de 4 perturbateurs endocriniens, des substances qui modifient la production d'hormones et peuvent nuire à la santé. Le risque est d'autant plus grand qu'il existe un effet cocktail. La nocivité d'une substance est décuplée lorsqu'elle est mise en contact avec d'autres perturbateurs.



Même les produits pour enfants ne sont pas épargnés : le Mitosyl, une pommade appliquée sur les fesses des nourrissons en cas d'irritation, ou l'antipoux et lentes de Item, qui contient "un conservateur puissamment allergisant", indique l'association, qui précise qu'il ne faut pas se fier aux étiquettes "hypoallergéniques" ou "peau sensible". Si ces mentions sembleraient rassurantes, elles ne signifient pas grand chose en réalité, du fait d'une réglementation floue.



Autre constatation, 23 produits sont carrément hors la loi, une nouveauté par rapport aux études précédentes menées par l'UFC-Que choisir. Ces cosmétiques "enfreignent la loi de manière flagrante en incorporant dans leurs formules des substances rigoureusement interdites". Dans ces 23 produits, se trouvent notamment le spray solaire pour enfants de Lovea, le gel coiffant fixation blindée Vivelle de Dop, le soin pour les yeux L'Oréal Men ou le fond de teint poudre minérale de Maria Galland. La liste complète est consultable sur le site www.quechoisir.org.

 
2 commentaires - UFC-Que Choisir : plus de 1.000 produits sur la liste des cosmétiques dangereux, dont 23 hors la loi
  • A quoi sert d'informer les gens, puisqu'ils obtiennent un agrément pour les commercialiser...

    C'est en amont que ces produits devraient être validés et avec interdiction de les commercialiser..

    Car, si vous pensez que des gens qui courent dans la vie de tous les jours, vont avoir le temps de lire les compositions lorsqu'ils vont faire des courses...

    Il faut du temps pour décrypter des étiquettes où c'est en tout petit que les compositions entrent dans un jargon, où pour certains ils n'y vont pas chercher la nuisance ou le produit sans qu'il puisse altérer notre santé...

    C'est en amont qu'il faut réguler les produits qui peuvent engendrer de provoquer diverses réactions, voire davantage...

    Idem, lorsque les produits sont finis et présenter à ceux qui sont aux achats... Ces gens ne devraient être responsables des chartes où sont commercialisés divers produits..

    Ce sont à ceux de la production qui doivent ôter les substances qui nuisent à la santé des consommateurs...

    Cela permettrait ainsi, d'avoir sur le marché des produits sans risques à les ingérer ou les consommer, sur une obligation de mettre en circulation des produits sains sur le Marché...

    Car, cela ne date pas d'hier... Où nous ingérons n'importe quoi et nous consommons ainsi sur ceux qui sont aux productions des produits non satisfaisants...

    C'est général... Et donc... Cela n'est pas nouveau...

    Ce sont ces gens qui octroient les agréments qui devraient les interdire de commercialisation...

    Ce serait plus simple... Où des reportages de grandes Enseignes ont été épinglées et perdurent sur des matériaux toxiques qu'ils diffusent au plus grand nombre et sont même en bourse... Ces grandes Enseignes..

    Alors, ça suffit... De nous imposer ces nouvelles qui ne changent en rien... Puisque ceux qui les fabriquent sont non soumis à des obligations de les présenter sur des Chartes conformes.... Pour les commercialiser...

    Nous sommes tous les victimes....

    Car très peu sont au respect des chartes en vigueur...

    Les gens se ruent sur ces enseignes de grande diffusion où tous les jours ils consomment des produits toxiques et sur des enfants...
    Cette hypocrisie doit cesser.... Elles perdurent à les diffuser sur de la rentabilité... Où des enfants esclaves sont à cette production...

    Les deux constats existent depuis des décennies sans que les responsables soient poursuivis d'obligation de PRODUIRE SAIN....

    Tout ceci est véhiculé sur les reportages de Complément d'Enquête ou d'Envoyé Spécial et autres investigations..

    Où rien ne change vraiment... Dans la vie des consommateurs...

    Il n'y a pas d'obligation de produire sain , hélas . Le comble est de donner des subventions à certains pour nous faire crever !!!!!! Si les consommateurs boycottaient , beaucoup de choses n'existeraient pas !

    Nous avons tous subi les dérives de substances toxiques ingérées où des trafics et du laxisme ont permis de commercialiser des denrées et autres qui nuisent à la santé des citoyens..

    Où des reportages ont mis en avant des faits sanitaires sur des productions impropres à la consommation...

    Où c'est encore, parfois d'actualité, et que cela se découvre trop tardivement après que des graves effets secondaires puissent mettre en avant les négligences volontaires ou involontaires qui peuvent aller jusqu'à la mise en danger d'autrui...

    J'ai souvenance des Huiles qui ont été commercialisées issues d'huiles autres que l'Olive.. Où des récupérations frauduleuses etc... Un temps... Où des décès ont permis de mettre en avant ces huiles qui provenaient de la récupération d'huiles de graissages pour voiture et autres émanant de l'Espagne ou autre destination.. Où des morts et des handicaps à vie ont été en corrélation avec ces huiles qui furent retirées de la consommation... Mais, combien d'autres produits ?

    Sur des décennies combien de faits médiatisés sur les viennoiseries où les ingrédients n'étaient pas en conformité et où ils étaient mensongers et autres que le beurre etc.. Sur des reportages où tous ont dû être consommés par des enfants et autres...

    Combien de faits connus sur des décennies ?

    Donc, il faut faire cesser les accidents sanitaires sur des préparations frauduleuses qui ont des conséquences graves à faire subir sur ceux qui les consomment...

    La rentabilité a permis toutes ces dérives où contrôler reste encore difficile à tous ceux qui n'ont pas les personnels suffisants pour lutter contre ces trafics qui sont loin d'être le fantasme ou autres constats de l'imaginaire..

    Entre les faux.... Les copies aux ingrédients qui n'ont aucune corrélation avec " la garantie de propre à la consommation" où des produits émanant d'autres pays sont des copies où ils mettent en danger la vie des consommateurs...

    Tous ces trafics ont duré trop longtemps sur la vie des gens qui consomment trop confiants ce qui est mis sur le marché et où certains se font rouler dans la farine...

    A voir des imitations même sur les denrées et les produits d'entretien ou produits cosmétiques et autres n'ayant aucune garantie où des effets de toxicités diverses sont révélées dans des reportages ou autres...

    Il faudrait davantage surveiller la commercialisation où denrées et produits comme les savons et shampooings et autres sont des faux et des copies n'ayant aucune assurance pour les consommateurs..

    Idem, pour les médicaments.. Où les faux et copies sont souvent détruits, mais comment peut on faire pour assurer que le beurre soit du beurre et que les étiquettes ne soient plus trompeuses au point de leurrer les consommateurs...

    Sans relecture.. Il faudra veiller à la sécurité des consommateurs qui font confiance aux produits mis en commercialisation... Sur les personnels suffisants à veiller et analyser ceux qui mettent en danger la vie d'autrui...

  • et ellel s'en tartine tous les jours !!! et elle mange bio !!

    Et elle se fait injecter du botox, ou implanter du silicone dans la poitrine. Et ça mange bio ! ...

    c es qui elle?
    propos quelque peu misogyne il me semble!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]