Les éléphants se font noctambules pour échapper aux braconniers

Chargement en cours
 Un éléphant de la réserve d'Addo en Afrique du Sud, le 1er juillet 2010 à Port Elizabeth.

Un éléphant de la réserve d'Addo en Afrique du Sud, le 1er juillet 2010 à Port Elizabeth.

1/2
© AFP, JEWEL SAMAD
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 14 septembre 2017 à 12h08

Les éléphants d'Afrique, animaux diurnes, ont appris à se déplacer et à se nourrir la nuit, pour mieux se cacher le jour et échapper ainsi à l'attention des braconniers dans les zones où ceux-ci sévissent particulièrement, révèle une étude.

L'an dernier, ce type de comportement avait pu être observé sur un éléphant baptisé Morgan, équipé d'un collier GPS, qui s'était mis en tête de traverser une région très risquée, souligne l'organisation de protection des animaux Save The Elephants et l'Université de Twente (Pays-Bas) dans un communiqué publié mercredi.

Ce mâle solitaire avait quitté la région côtière du sud-est du Kenya pour aller jusqu'en Somalie. Pour traverser cette zone très périlleuse pour les éléphants, il avait adopté une stratégie de survie en marchant essentiellement la nuit et en se dissimulant au milieu des arbustes le jour.

Pour étudier la modification du comportement des éléphants face au danger représenté par les braconniers qui convoitent leurs défenses en ivoire, les scientifiques de Save The Elephants ont établi un ratio permettant de mesurer l'activité de l'animal la nuit par rapport à celle de jour.

"Notre hypothèse est que le braconnage représente clairement un risque diurne", expliquent-ils dans leur étude publiée dans Ecological Indicators.

L'équipe menée par le chercheur Festus Ihwagi, membre de Save The Elephants et doctorant à l'Université de Twente, s'est appuyée sur des données recueillies sur des éléphants équipés de colliers GPS entre 2002 et 2012 dans le Nord du Kenya.

Plus précisément, l'équipe s'est intéressée à 28 femelles et 32 mâles.

Elle s'est focalisée sur deux périodes. Pendant la première, de 2002 à 2009, le niveau de braconnage était modéré. Dans la seconde, de 2010 à 2012, il était particulièrement élevé dans le nord du Kenya.

Normalement les éléphants se reposent la nuit et sont plus actifs le jour. Mais là, les chercheurs ont constaté que "les éléphants bougeaient plus la nuit que le jour lorsque le niveau de braconnage était élevé", comme en 2010-2012, souligne l'étude.

Et cette attitude était encore plus marquée chez les femelles que chez les mâles. Entourées d'éléphanteaux, elles sont souvent plus prudentes, soulignent les chercheurs.

"Cette étude montre la capacité de l'éléphant, le plus grand mammifère terrestre, à adapter son comportement pour sa sécurité", souligne le fondateur de Save The Elephants Ian Douglas-Hamilton, co-auteur de l'étude.

Mais ces changements sont susceptibles "d'avoir des conséquences sur sa stratégie pour se nourrir, se reproduire et survivre qu'on ne connaît pas pour le moment", ajoute-t-il.

"Pour les éléphanteaux, le risque d'être attrapés par des lions ou des hyènes la nuit pourrait être plus grand", indique à l'AFP Festus Ihwagi. "Et pour les éléphants adultes, cela implique une altération de leur vie sociale" et cela peut avoir un impact sur leur activité sexuelle, ajoute-t-il.

Les chercheurs suggèrent d'utiliser leur ratio "comme un indicateur du niveau de braconnage quasiment en temps réel".

Environ 30.000 éléphants sont tués chaque année en Afrique pour alimenter le trafic mondial d'ivoire, à destination principalement de la Chine et de l'Asie du Sud-Est.

 
4 commentaires - Les éléphants se font noctambules pour échapper aux braconniers
  • Se faire noctambule pour échapper aux braconniers ... Si ce n'était d'un cynisme absolu, on aurait presque envie de dire que les animaux sauvages ont encore cette possibilité d'influer sur leur vie, ou ce qu'il en reste. Elle a bon dos la cinquième, ou sixième (peu importe), grande extinction des espèces qui serait,nous dit-on, "normale". Comme si l'homme n'était pas à la base de cette extinction en priorité. Et les autres ? Les animaux qui ne sont pas "sauvages", ceux dont nous nous nourrissons au quotidien ? Eux, ils ne risquent absolument rien quant à leur pérennité, mais à quel prix ? Justement, c'est question de prix et c'est sûrement pour cela qu'il faut aller dans la rubrique finance pour trouver cet article qui concerne les animaux dits "de bouche".Cette rubrique a aussi l'avantage de ne pas figurer dans les journaux, donc d'être moins répandue, pensent-ils :-(( Ainsi, ""La France aura sa norme halal, ce qui est quand même préoccupant", nous dit l'anthropologue Florence Bergeaud-Blackler. En effet, c'est extrêmement préoccupant, et absolument contraire à ce vers quoi une majorité de consommateurs de viande - sans parler de ceux qui n'en consomment pas -, i.e., moins de souffrance à l'battage et plus de respect tout au long de leurs courtes vies envers les animaux "de bouche" et cela n'a rien, strictement rien, à voir avec le "religieux" qui, dans une démocratie laïque, n'a pas à dicter sa loi quel qu'il soit. Mais ... mais, ce qui suit explique cela, "L'enjeu est de taille alors que le marché du halal bat des records dans le monde, où il est estimé à 600 milliards de dollars.". La "licéité cultuelle" a de beaux jours devant elle, et les animaux ne sont pas près de voir leur calvaire s'arrêter.

    Je contresigne !
    Le frick ! Il n'a pas d'odeur et la course au profit balaie tout sur son passage. Ethique, morale, simple humanité, tout est balayé. Seuls les consommateurs que nous sommes ont le pouvoir d'inverser les choses par le boycott.

    A écrire trop vite,... "... ce vers quoi tend une majorité de consommateurs...". En outre, j'ajoute pour l'avoir vécu sur un autre Continent, que la religion a bon dos, quand on s'en sert pour alimenter des destins politiques et des rêves de domination de la planète. Fichons la paix aux animaux et aux dieux que nous voulons à notre image, et ce n'est pas La Fontaine qui me contredira !

    Un autre grand problème se profile, qui va passer en catimini alors que, dans toute l'Europe, les citoyens n'en veulent pas. Je veux parler des accords avec le Canada et son grand frère dont les signatures se préparent. Allons-nous une fois encore être mis devant le fait accompli ? Je me demande si ceux (même pas 30% de votes d'adhésion) qui se disent de gauche et qui ont voté pour l'actuel exécutif ont bien réalisé l'impact que sa ligne ultra-libérale allait infliger à la totalité de la population ?

    Lu sur un hebdomadaire au panorama, télévisuel: "Aujourd'hui, en France, 82%n des poulets de chair, 95% des porcs charcutiers et 99% des lapins mis au mode, exploités et abattus après une brève existence de souffrances et de privations, sans jamais avoir fait un pas hors du bâtiment d'élevage".
    Dans L214. Une voix pour les animaux. éd Arthaud.
    Ethique? Morale? Humanisme? Mais, mais...de quoi parlez vous en ce XXI siècle de tous les agréments? Le fric, rien que le fric. Il n'y a que ça de vrai! A en croire certains....

  • avatar
    Sauvageon  (privé) -

    Partout dans le monde les animaux sauvages prennent de plus en plus l'habitude de vivre la nuit suite au danger que représente l'homme.

    En France de nombreuses bêtes qui étaient essentiellement diurnes sont devenues de plus en plus nocturnes. Chevreuils, cerfs, sangliers, renards, castors, loutres...

  • Les éléphants ont un mode de vie exemplaire dont on ferait bien de s'inspirer et des dons inimaginables. J'espère que les braconniers ne sauront rien du contenu de cet article : ils risqueraient d'aller chasser la nuit. Le mieux serait de mettre ces braconniers hors d'état de nuire !

  • Ils ont l'instinct de survie,mais les braconniers avec l'appât du gain sont sans pitié et trouveront la parade le moyen serait de copier sur les Russes qui pour sauver le Tigre de Sibérie n'ont pas hésité par tous les moyens et snipers en hélicos pour mettre hors de nuire les braconniers.(filmé)

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]