Énergies renouvelables: la filière réclame une accélération au gouvernement

Énergies renouvelables: la filière réclame une accélération au gouvernement

Une éolienne à Villeveyrac (Hérault) dans le sud de la France, le 13 janvier 2017

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 29 juin 2017 à 23h38

A une semaine de la présentation par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot de sa feuille de route pour le climat, les acteurs français des énergies renouvelables ont jugé jeudi nécessaires d'"accélérer" le développement des énergies vertes.

Cette feuille de route prévoirait notamment d'atteindre "la neutralité carbone en 2050", a indiqué le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), Jean-Louis Bal, lors d'une conférence de presse, reprenant des informations du journal Le Monde.

"C'est beaucoup plus ambitieux que la loi sur la transition énergétique", qui veut diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, et "nous attendons donc des mesures pour accélérer le développement des énergies renouvelables", a-t-il affirmé.

La loi, adoptée en 2015, prévoit que les énergies renouvelables représenteront 32% de la consommation d'énergie et 40% de la production d'électricité.


Avec la baisse du coûts des énergies vertes, l'abondance de ressources disponibles en France (vent, soleil, biomasse, etc.), "c'est atteignable", a jugé M. Bal, mais "il faut un peu plus de volonté politique", alors que la France est déjà en retard sur ses objectifs pour 2020.

Les industriels réclament toujours "plus d'appels d'offres et des simplifications dans les procédures" pour développer les projets à la fois dans l'électricité (éolien, solaire, hydroélectricité) mais aussi dans la chaleur renouvelable ou le biométhane, a dit M. Bal.

Alors que l'Union européenne est en train de définir sa nouvelle directive sur les énergies renouvelables (Clean Energy Package), le SER juge aussi les objectifs envisagés d'ici 2030 "inadaptés à l'urgence climatique".

Il recommande de porter à 35% l'objectif de part de sources renouvelables dans la consommation énergétique de l'UE, contre les 27% proposés, et de maintenir l'objectif sur les biocarburants de première génération que Bruxelles envisage de réduire d'ici 2030.

Le SER s'est aussi redit opposé à la logique d'appels d'offres "à neutralité technologique", c'est-à-dire pas réservés à un type d'énergie, mais mettant les énergies renouvelables en concurrence entre elles.

 
8 commentaires - Énergies renouvelables: la filière réclame une accélération au gouvernement
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]