Effondrement du nombre de léopards dans le nord de l'Afrique du Sud

Effondrement du nombre de léopards dans le nord de l'Afrique du Sud

Léopard, au zoo de Batu (Indonésie), le 9 février 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 19 avril 2017 à 02h26

Effondrement du nombre de léopards dans le nord de l'Afrique du Sud, selon une étude britannique

Le nombre de léopards s'effondre dans le massif du Soutpansberg, en Afrique du Sud, au point qu'ils pourraient disparaître d'ici à 2020 de cette zone où ils étaient autrefois très nombreux, alerte une étude mercredi.

Tués illégalement, essentiellement par des éleveurs voulant protéger leurs troupeaux, les léopards ont vu leur densité (nombre d'animaux/100 km2) chuter de 44% entre 2012 et 2016 dans la zone étudiée par les chercheurs de la Durham University (Royaume-Uni), dans l'ouest du Soutpansberg (nord).

Depuis 2008, leur densité a baissé de 66%, tombant de 10,73 à 3,65 léopards par 100 km2, "un déclin extrêmement rapide", soulignent-t-il dans l'étude, parue dans la revue Royal Society Open Science.

"Si la tendance à la baisse actuelle n'est pas freinée, il ne restera plus de léopards dans l'ouest du Soutpansberg d'ici à 2020", avertit Sam Williams, qui a dirigé les travaux, cité dans un communiqué de la Royal Society. "C'est particulièrement inquiétant, dans la mesure où dans cette région, la densité de léopards était l'une des plus élevées d'Afrique".

"Si l'on suppose que notre zone d'étude est représentative de l'ensemble des 6.800 km2 du massif du Soutpansberg, une extrapolation de nos conclusions suggèrerait que le nombre total de léopards adultes dans le Soutpansberg est tombé d'environ 630 en 2008 à 250 en 2016", a indiqué M. Williams à l'AFP.

"Les principales menaces pour les léopards se sont révélées être les activités humaines illégales, comme la pose de pièges, l'utilisation d'armes à feu sans permis et l'empoisonnement", a-t-il précisé. Il s'agit souvent d'éleveurs qui considèrent ces animaux comme une menace pour leur bétail, a-t-il ajouté. 

Pour le chercheur, aider les populations locales à "adopter des techniques non létales", comme des chiens de garde, est "essentiel".

Les chercheurs avaient installé des appareils photos fonctionnant en permanence dans la zone d'étude, de janvier 2012 à février 2016, pour recenser les léopards. Seize adultes mâles, 28 adultes femelles et 21 petits ont été photographiés. Ils ont aussi muni huit félins d'un collier GPS pendant 455 jours. Trois sont morts dans des pièges, un a été abattu sans permis, deux ont disparu et sont présumés morts.

Le nombre de léopards adultes en Afrique du Sud est estimé à quelque 4.500. Il n'existe pas d'estimations fiable de leur population dans le monde. Le léopard (panthera pardus) est classé comme vulnérable sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

 
6 commentaires - Effondrement du nombre de léopards dans le nord de l'Afrique du Sud
  • Si ils etaient moins politciens ,moins avides de pouvoir et un ego moins surdimensionné ils pourraient avoir leur propre parti

  • Il vaut mieux sauver la nature avant l homme car sans elle l homme ne peut vivre elle oui. Qu il réfléchisse à cela l homme fait parti intégrante de cette nature on est lié à elle plus de nature plus d hommes

  • la plupart des animaux autres que l'humain sont en voie d'extinction: afrique inde chine etc, même alaska ou les decrets de trump autorisent à nouveau toutes sortes de chasses. Pression de lhabitat humain , chasse effrenee jusqu au dernier exemplaire ,braconnage sans limite, pesticides intensifs dans nos contrees ; c'est horrible d'etre un non humain sur notre planete, et maintenant on vient d atteindre une nouvelle ligne rouge , assassinat de rhinoceros dans la region parisienne -zone de non droits -pour prelevement lucratif de leur corne. seul quelques zoos pourraient garantir la survie limitee de certains specimens , les parcs naturels ne sont plus que les terrains de jeu des contrebandiers, ou des chasseurs illegaux fortunés avec comme exemple marquant le lion cecile , .On aurait pu imaginer une coexistence en symbiose et meme rentable (tourisme)avec les autres especes avec des amernagements evolutifs car l'animal peut etre dangereux pour l'homme , mais ce nest pas ce qui est en train d'effacer la plupart des especes de mammiferes .

  • trop trop d'humain !les animaux en pâtissent un grand déséquilibre qui finira très mal pour tous!

  • trop trop d'humain !les anima

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]