Ukraine: le cas d'un journaliste blessé déclaré recevable par la CIVI

Ukraine: le cas d'un journaliste blessé déclaré recevable par la CIVI

William Roguelon quitte l'hopital de Slavyansk, dans l'est de l'Ukraine, le 24 mai 2014

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 21 juillet 2017 à 19h12

La Commission d'indemnisation des victimes d'infractions (Civi) de Bordeaux a déclaré recevable la demande d'indemnisation d'un photo-reporter français, William Roguelon, grièvement blessé par des tirs de mortiers en Ukraine en mai 2014, a-t-on appris vendredi auprès du journaliste.

Un de ses collègues italien, Andrea Rocchelli, son fixeur et défenseur des droits de l'Homme russe, Andrey Mironov, avaient péri dans l'attaque. William Roguelon, 26 ans, avait été gravement blessé aux deux cuisses par des éclats d'obus. Tous trois se trouvaient à Sloviansk, non loin de Donesk, dans le Donbass (l'est rebelle prorusse de l'Ukraine), pour couvrir les bombardements d'un village.

Le photographe a déposé plainte au pénal à Bordeaux pour "tentative d'homicide volontaire", et parallèlement auprès de la Civi. Cette dernière a déclaré recevable sa demande d'indemnisation au titre du préjudice subi, une "première" selon le journaliste et son avocate, Me Maud Secheresse. 

Selon la décision de première instance, rendue le 3 juillet, le préjudice est établi et le photographe sera indemnisé pour un montant à déterminer par expertises, avec une provision de 7.000 euros. 

"Nous avons été visés en tant que journalistes, les tireurs savaient que nous étions journalistes. À quatre reprises, nous avons essuyé des tirs nourris de kalachnikovs, puis de mortiers qui cherchaient à nous tuer. Il y avait soixante-dix journalistes dans la ville, tout le monde savait qu'on était journalistes", a expliqué William Roguelon, qui réside à Bordeaux et qui a abandonné le photo-journalisme qu'il exerçait en indépendant.

"Ce qui a été mis en avant par mon avocate, c'est que j'avais été formé, j'avais couvert la Syrie pendant deux ans, les réfugiés syriens en Turquie. J'avais tous les papiers d'autorisation délivrés par les deux camps, prorusse et proukrainien. La Civi a validé parce que nous avons démontré que cela était un crime et pas un accident, pas une balle perdue, ni une mine. On était à découvert, on faisait notre travail", a précisé William Roguelon. 

Le 30 juin, la justice italienne a annoncé avoir interpellé en Italie, dans le cadre de l'enquête sur le décès d'Andrea Rocchelli, l'auteur présumé des faits, Vitaliy Markiv, un Italo-Ukrainien de 27 ans, ancien commandant de la garde nationale ukrainienne. 

"Nous sommes étonnés que l'instruction pénale ouverte en France le 25 novembre 2014, pour tentative d'homicide volontaire, ne connaisse aucune avancée contrairement à l'instruction italienne et à la procédure civile française", a déploré dans un communiqué la CFDT Journalistes.

Le Fonds de garantie des victimes du terrorisme et d'autres infractions (FGTI), organisme public chargé de l'indemnisation des victimes, a un délai d'un mois pour faire appel. Une procédure que n'exclut pas Me Secheresse. 

jb/rhl/er

 
4 commentaires - Ukraine: le cas d'un journaliste blessé déclaré recevable par la CIVI
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]