Tourneur de pages

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 21 avril 2017 à 17h17

La veille, des pépins de santé, «des conneries» l'ont envoyé aux urgences. On le plaint d'avoir dû se coltiner l'hôpital forcément saturé, il renvoie dans un sourire : «Ces gens sont admirables.» Du Tito Topin pur jus. Un alliage de méfiance ontologique pour la lamentation et de hiératique «never explain, never complain». Tito Topin ou une vie à déjouer les mollesses qui ralentissent et les facilités qui pourraient altérer son rythme de mutant perpétuel.

A sa place, on aurait levé le pied et profité en rentier, le hold-up parfaitement plié. Lui, 85 ans, a fait tout l'inverse. Malgré le succès de Navarro, increvable série télé qu'il a créée en 1989, Tito Topin est reparti au charbon de la feuille blanche. A l'approche de ses 80 ans, ce père de deux filles,…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Tourneur de pages
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]