Roger Waters sort de 25 ans de silence avec Donald Trump en ligne de mire

Roger Waters sort de 25 ans de silence avec Donald Trump en ligne de mire

L'ancien membre fondateur de Pink Floyd Roger Waters à Indio, le 16 octobre 2016 en Californie

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 02 juin 2017 à 19h38

Dans son premier album studio en 25 ans, l'ancien membre fondateur de Pink Floyd Roger Waters désigne un nouvel ennemi juré: Donald Trump, en retrouvant la tension de son ancien groupe.

Le musicien de 73 ans a publié vendredi "Is This the Life We Really Want?" (Est-ce la vie qu'on veut vraiment?), son premier album depuis 1992, accompagné d'une longue tournée aux États-Unis et au Canada jusqu'à fin octobre.

L'album "The Wall" se penchait sur les difficultés d'un enfant à se connecter avec l'humanité, "The Dark Side of the Moon" sur les origines de la maladie mentale.

Dans "Is This the Life We Really Want?", Waters évoque des mondes terrifiants. "Déjà Vu" imagine un Dieu impuissant face à la violence et aux drames écologiques. Émaillé d'extraits radiophoniques, "The Last Refugee" dépeint la fin d'une guerre dévastatrice.

Si ses albums précédents avaient souvent un goût intemporel, son nouvel opus se veut contemporain: Donald Trump y est omniprésent. 

"Picture That", une des chansons les plus tranchantes, présente un interlude très rock où Waters évoque un "leader écervelé". 

Le musicien - anglais devenu new-yorkais - déplore l'évolution de la planète depuis la Seconde Guerre Mondiale, le conflit qui a tué son père. "Nous avons choisi le rêve américain", chante-t-il.

Il colore son album de samples, mais une guitare acoustique prend le pas sur les sons synthétiques qui caractérisent une grande partie de son œuvre.

Le musicien a travaillé cette fois avec le producteur Nigel Godrich, connu comme le "sixième membre" du groupe de rock indépendant Radiohead. "Roger est largement sous-estimé. Nous avons oublié qu'il était un auteur exceptionnel", a dit Godrich à l'AFP.

Depuis son départ des Pink Floyd, le musicien a vendu beaucoup de disques mais c'est la scène qui a fait sa gloire, avec un record d'entrées pour un artiste solo sur sa longue tournée mondiale "The Wall Live" (2010-2013). 

Sur scène, Waters n'épargne aucun coup à Trump: le président y est dessiné sur un ballon de baudruche en forme de porc qui flotte sur le public, et ses citations les plus controversées apparaissent sur des écrans avant une conclusion furieuse: "Fuck Trump".

 
6 commentaires - Roger Waters sort de 25 ans de silence avec Donald Trump en ligne de mire
  • Cette décision révèle l'incompétence de ce président qui s'entête dans une promesse nuisible pour tous,que ce soit aux États-Unis ou ailleurs. Cet accord ne va déjà pas suffisamment loin et la diminution de la population serait nécessaire par le biais, bien sûr, d'autres moyens que les guerres.

  • je crois que Donald, il vient tout droit du dark side of the moon (y'a qu'à voir son scalp!), et qu'il ne va pas tarder à s'emplafonner the wall...

  • S'il veut un monde meilleur, qu'il commence à se produire gratuitement.....

    Travaillez-vous pour ne recevoir aucun salaire ?

    Parce que vous....Vous travaillez gratuitement !!!

  • Monsieur le président des États Unis, j’ai un profond respect pour la fonction que vous été sensé représenter !! Mais je n’ai aucun respect pour l’homme que vous êtes, un goujat surfait, imbu, arrogant et profondément désagréable.
    L’histoire vous jugera, sous de faux prétextes, sauf celui d’avoir vous-même des intérêts financiers, car sel le gain vous intéresse !! Vous persister dans une démarche de négation qui ne peut que mener votre beau pays vers un rejet et une exclusion mondiale !!
    J’espère de tout cœur que les vrais Américains vont rapidement réussir vous exclure et à vous renvoyer à vos chers dollars la queue entre les jambes, penaud et ridicule comme le vrai clown que vous êtes depuis que vous avez osez prétendre, soutenu par vos électeurs qui n’ont rien compris et qui s’enferrent dans un nationalisme dépassé, dégradant et hors des temps actuels
    Honte à vous, je vous plains et n’espère qu’une seule chose vous voir disparaitre de la scène mondiale

  • Valois et stock . Vous êtres des imbéciles . Un petit pois dans la tête .

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]