Orelsan ne veut plus qu'on lui fasse sa fête

Chargement en cours
 Le rappeur français Orelsan, sur la scène du Stade de France à Saint-Denis près de Paris, le 28 septembre 2013

Le rappeur français Orelsan, sur la scène du Stade de France à Saint-Denis près de Paris, le 28 septembre 2013

1/3
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 20 octobre 2017 à 19h44

"J'aimerais bien qu'on ne me ressorte pas des trucs que j'ai faits il y a dix ans": Orelsan, éclaboussé par la controverse autour du retour médiatique de Bertand Cantat, voudrait que "les gens parlent juste de (sa) musique" et pas d'un ancien texte polémique.

Orlesan, figure désormais incontournable du rap français, s'attendait à une promotion sans problème pour "La fête est finie", sorti ce vendredi. Pas de querelle à l'horizon, ni de raison d'en voir naître une dans les paroles des 14 titres.

Jusqu'à cette Une des Inrocks du 11 octobre, sur laquelle son nom est apparu à côté de Bertrand Cantat. L'ancien leader de Noir Désir, condamné pour avoir donné la mort en 2003 à sa compagne Marie Trintignant après une violente dispute, évoquait son propre album solo.

Cette couverture a suscité un tollé auprès de certains responsables politiques et féministes, notamment l'ancienne ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, qui a tweeté: "Réunir sur une même couverture Cantat et Orelsan il fallait oser. Honte à ce magazine". Un message largement relayé.  

Le rappeur a vu revenir au galop le scandale qu'avait suscité sa chanson "Saint-Valentin" (2006) et ses paroles: "Ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner". Jugé pour "provocation à la violence", il avait été relaxé au nom de la liberté d'expression début 2016.

Orelsan, qui avait été déprogrammé en 2009 des Francofolies après une polémique concernant une autre chanson, a plutôt mal vécu ce nouvel épisode.

"Je sors mon 5e album, entre-temps j'ai fait un film (+Comment c'est loin+). Quoi que je fasse, il y en aura toujours pour aller chercher la petite bête. Mais je ne veux pas alimenter la discussion", dit-il à l'AFP.

"J'ai bien conscience que c'est comme ça pour tout le monde, avec Twitter, les réseaux sociaux. Ce sont des buzz, ils durent deux jours et retombent aussi vite", poursuit le rappeur normand, ajoutant: "dans +San+ qui ouvre le disque, je dis: +Le monde est un PMU/Où n'importe qui donne son mauvais point de vue/Où la télé passe des infos déjà vues/Et la radio joue des sons qu'on n'écoute même plus+".

- Entre humour et mélancolie -

Derrière "San" semble se dévoiler son auteur, Aurélien Cotentin de son vrai nom.

"J'ai ce côté déprimé, du genre +je n'ai pas envie+... Et j'ai ce côté +je ne vais pas me laisser abattre+. C'est comme un reflet de ma vie", abonde-t-il.

Teinté de mélancolie, "La fête est finie" voit son auteur mûrir dans son écriture. Dans la chanson éponyme, il évoque le temps qui passe, porteur de désillusions: "On était censé changer les choses/Depuis quand les choses nous ont changés?/On était censé rien faire comme les autres/Est-ce que tout le monde mentait?".

"Ce que je dis n'est pas si négatif, se défend-il. Je suis en couple depuis 6, 7 ans. Toutes les habitudes changent. Tout ce qu'on imagine se passer plus tard, ça ne se passe jamais comme ça. En faisant de la musique, je pensais que ma vie ce ne serait que des vacances, que du plaisir, alors qu'il y a beaucoup de stress, de remise en question."

Le rappeur de 35 ans, qui invite Stromae sur un refrain ("La pluie"), n'a cependant rien perdu de son humour sur des titres comme "Défaites de famille" ou "Christophe", dans lequel Christophe Maé, côtoie Bernard Minet, Lorie ou Johnny Hallyday.

"C'est un peu ma chanson anti-raciste. J'en ai marre qu'on mette les gens dans des cases", explique celui qui y clame: "J'aurais pu sauver la vieille France/Aider la patrie d'mon enfance/Donner aux racistes de l'espoir/Mais j'fais de la musique de noir".

Une musique qu'il va mettre à l'épreuve des Zéniths de France et de Bercy en février et mars.

"L'idée c'est de faire des shows à l'américaine", prévient-il, avant de surprendre: "Je suis un gros fans des comédies musicales".

 
5 commentaires - Orelsan ne veut plus qu'on lui fasse sa fête
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]