Martin Landau, fin de mission

A lire aussi

Libération, publié le lundi 17 juillet 2017 à 19h56

«God is a luxury I can't afford» («Dieu est un luxe que je ne peux pas m'offrir»), on se souvient de Martin Landau prononçant cette phrase d'un air las et glacial dans Crimes et délits de Woody Allen où il interprète Judah, un ophtalmologiste qui tue sa maîtresse et ne ressent plus la moindre culpabilité, au point de se réjouir qu'un autre soit accusé à sa place. Il s'agit certainement d'un des meilleurs rôles de l'acteur qui vient de mourir à Los Angeles à 89 ans. «Ce personnage est un menteur, un tricheur, un enfant gâté, un meurtrier. Et il ne fait aucun pas vers la rédemption, il faut que le public sympathise avec lui, même s'il est horrifié par lui», expliquait-il à l'époque. Landau savait créer cette empathie alors même qu'il a toujours gardé une…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Martin Landau, fin de mission
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]