Le rappeur Disiz sort un 11e album introspectif mais dansant

Le rappeur Disiz sort un 11e album introspectif mais dansant

Le rappeur français Disiz, le 3 juin 2014 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 09 juin 2017 à 19h20

Le rappeur Disiz publie vendredi un 11e album, "Pacifique", un disque éclectique où il navigue entre des titres sombres  et des plages électroniques taillées comme des tubes, dont deux compositions de la star belge Stromae.

Disiz s'est donné une règle d'écriture pour cet album de 20 titres: aller à l'essentiel.  "Avant, je ne m'autorisais pas à faire des phrases simples, j'étais prisonnier d'un cahier des charges, de ce qu'on attendait de moi comme rappeur", explique Disiz dans un entretien à l'AFP. 

Résultat: cet album a été "le plus dur à réaliser et le plus difficile à présenter", 17 ans après son tube "J'pète les plombs" qu'il chantait sous le nom de "Disiz la peste".

Le rappeur, désormais père de cinq enfants, se sent "vidé" mais l'album est "comme il le voulait".

Dans "Splash", une des compositions de Stromae, Disiz scande sur un fond de synthétiseur lancinant: "Faut que je plonge dans la vie, dans l'amour, dans une fille, ou je sombre, ou je plonge, pour toujours dans l'abîme". Dans "Qu'ils ont de la chance", le rappeur aborde le thème du deuil avec des mots doux: "Ma douce pleure pas tes morts, tu leur ferais du tort s'ils étaient vivants".

Se voulant auteur de "chansons populaires", Disiz montre son admiration pour Alain Souchon et son "raffinement" en reprenant un de ses titres, "Quand j'serai KO". "Quand je serai plus qu'un rappeur vilain de salle de bain/ est-ce que tu m'aimeras encore/ dans cette petite mort?", chante Disiz, la voix légèrement bousculée par l'électronique.

Le rappeur décrit son album comme la vision d'"un homme plein de candeur dans un monde désenchanté", comme dans son deuxième roman publié en 2012, "René". Disiz, Sérigne M'Baye Gueye de son vrai nom, regrette que les jeunes deviennent "adultes trop tôt", ce qu'il chante dans "Autre espèce", un titre composé comme une comptine, et l'un des plus personnels de l'album.

S'inspirant de la chanson "Strange fruit" de Billie Holliday, Disiz consacre aussi un titre ("Poisson étrange") à Aylan, l'enfant syrien décédé sur une plage turque et dont la photo a fait le tour du monde. 

Le rappeur, qui a déjà fait une dizaine de concerts cette année, se lance cet été dans une nouvelle tournée pour présenter "Pacifique".

 
1 commentaire - Le rappeur Disiz sort un 11e album introspectif mais dansant
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]