La vieille dame et la mort

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 21 avril 2017 à 17h16

«Dans ma jeunesse, je connaissais une vieille dame ; elle a vécu sa vie et elle est morte», écrit l'auteur russe Youri Maletski, dans l'avertissement au lecteur de son dernier livre, la Pointe de l'aiguille. Elle, c'est Galia Atlivannikova, 88 ans.

Sa vie, c'est la traversée du XXe siècle sur les rives de la Volga, entre la Première Guerre mondiale, la guerre civile, la Grande Terreur, la Seconde Guerre mondiale et l'ère brejnevienne. Un destin construit sur les braises d'une nature ardente et heureuse, mais aussi sur les cendres des épreuves et des deuils en série. Presque aveugle, paralysée, quasi sourde, Galia ne possède plus que deux sens : le goût et l'odorat. «La mort de la vieille dame devait arriver. C'était simplement son tour.» Sur deux cents pages nous est…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - La vieille dame et la mort
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]