La «Topo» et Topor

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 21 avril 2017 à 17h16

Il fut le contributeur essentiel d'un livre-monstre, toujours en excroissance plus de cinquante ans après. Avant lui, la Topographie anecdotée* du hasard de Daniel Spoerri était seulement - et déjà - un texte insolite. Le 17 octobre 1961, l'artiste avait fait l'inventaire des objets composant sa table de travail dans sa chambre miteuse de l'hôtel Carcassonne, 24 rue Mouffetard.

Daniel Spoerri avait décidé d'en faire le catalogue de sa première exposition à la galerie Lawrence à Paris, déconnecté des œuvres présentées. «Le galeriste m'avait donné carte blanche, et au lieu d'une invitation papier glacé furent envoyés gratuitement mille exemplaires de l'opuscule, qui devint bientôt une rareté bibliophilique, car sur les mille, environ neuf cents furent pris pour d'…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - La «Topo» et Topor
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]