L'hommage de Tiago Rodrigues à la souffleuse du Teatro national de Lisbonne

Chargement en cours
 Les actrices portugaises Cristina Vidal (g) et Beatriz Bras lors d\

Les actrices portugaises Cristina Vidal (g) et Beatriz Bras lors d'une répétition de la pièce "Sopro", le 5 juillet 2017 à Avignon

1/2
© AFP, BORIS HORVAT
A lire aussi

AFP, publié le samedi 08 juillet 2017 à 13h29

Elle a un droit de vie et de mort sur l'acteur, qu'elle peut sauver - ou pas - en lui soufflant sa tirade: Cristina Vidal, souffleuse du Teatro Nacional Dona Maria II de Lisbonne pendant 30 ans, est l'héroïne de "Sopro" au Festival d'Avignon.

Devenu directeur de ce théâtre équivalent de notre Comédie-Française il y a deux ans, Tiago Rodrigues l'a convaincue de sortir du "trou" du souffleur pour raconter son métier sur scène. Ce ne fut pas sans mal: Cristina Vidal est une femme de l'ombre, qui répugne à se montrer sur scène.

Lorsqu'elle s'est retrouvée en pleine lumière, c'était fortuitement, parce qu'un acteur avait soulevé le rideau derrière lequel elle se tenait, "une minute, une minute sur scène dans une vie", sourit-elle.

Dans "Sopro" ou "Souffle", donné du 7 au 16 juillet à Avignon, Cristina Vidal est cette femme âgée, tout de noir vêtue, l'air rébarbatif, un épais cahier à la main qu'elle éclaire de temps en temps de sa lampe torche. Elle murmure près de l'oreille des acteurs, qui interprètent son rôle et ceux de tous les protagonistes du théâtre: la directrice, l'acteur vedette qui est aussi son amant, etc.

Elle reste la souffleuse, en retrait. Son récit est porté sur scène par deux jeunes femmes, Beatriz Bras et Sofia Dias (la formidable actrice de "Antoine et Cléopâtre", du même Tiago Rodrigues à Avignon il y a deux ans. 

- Un métier en voie de disparition -

La pièce raconte la vie de la souffleuse, depuis sa découverte à 5 ans du trou du souffleur, jusqu'à son embauche à 21 ans, et son travail quotidien avec les comédiens, qu'elle appelle du nom de leur personnage: Clytemnestre, Harpagon etc.

Mais le spectacle va bien au delà: le décor d'herbes folles raconte un théâtre en ruine, menacé de disparaître. La souffleuse, métier en voie de disparition, est une métaphore des dangers qui guettent le théâtre, et Tiago Rodrigues, en amoureux fou de son art, étend son hommage à tout le théâtre, de "Bérénice" à "Antigone", qui prennent vie sur scène.

La directrice dit adieu à son amant dans "Bérénice": est-ce la vie? est-ce le théâtre? Tiago Rodrigues pourrait fort bien reprendre à son compte la célèbre tirade de François Truffaut dans "La nuit américaine" où il explique à son double Jean-Pierre Léaud que "les films sont plus harmonieux que la vie". La vraie vie, c'est dans le travail qu'il faut la trouver, lui dit-il.

La vraie vie, c'est celle du théâtre, nous dit Tiago Rodrigues: "Et pour cela, il nous faut préserver les lieux publics et les lieux clandestins où nous pouvons rester en vie".

A la toute fin de la pièce, Cristina Vidal, seule sur scène, joue enfin à voix haute quelques lignes de "Bérénice", et un souffle d'émotion traverse le public, avant que la troupe l'acclame en coulisses.

mpf/pcm/it

 
0 commentaire - L'hommage de Tiago Rodrigues à la souffleuse du Teatro national de Lisbonne
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]