"L'échec artistique, c'est l'abîme à côté duquel tout créateur vit"

"L'échec artistique, c'est l'abîme à côté duquel tout créateur vit"©LEPOINT
A lire aussi

LEPOINT, publié le jeudi 12 octobre 2017 à 16h30

Santiago Gamboa, l'auteur de "Perdre est une question de méthode", explore la tentation du retour au pays pour les exilés colombiens. Rencontre.

Imaginez... Dans un futur proche, une Colombie où la paix serait désormais revenue et par conséquent devenue « un pays à la mode ». Avec Retourner dans l'obscure vallée, Santiago Gamboa imagine une poignée d'exilés qui prennent le chemin du retour, et dont les destins vont se heurter. Rencontre.

Le Point : Pourquoi un roman construit sur l'idée de retour au pays ?

Santiago Gamboa : Dans les années quatre-vingt, beaucoup de Colombiens sont partis pour échapper à la violence. Ils voyaient l'Europe comme leur futur, mais, hélas, aujourd'hui, l'Europe non plus n'est plus préservée de la violence. D'où un mouvement de migration…

Lire la suite sur LEPOINT

 
0 commentaire - "L'échec artistique, c'est l'abîme à côté duquel tout créateur vit"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]