Changements à vue

Changements à vue

Laure Calamy et Noée Abita en mère et fille.

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 19 mai 2017 à 20h56

Avec quel dernier flash aimerait-on s'imprimer la rétine si l'on devait perdre la vue ? Pour notre part, on le confesse, ce ne serait peut-être pas avec du cinéma (sorry, Cannes). Mais qu'on pose en revanche cette question au cinéma coule de source : il est cette salle où l'on passe de notre plein gré du grand noir à la lumière, alors pourquoi pas l'inverse ?

Ava, 13 ans, est atteinte de rétinite pigmentaire. Elle va devenir aveugle, on la cueille à l'orée du dernier été qu'elle verra, qui n'est sans doute pas le dernier qu'elle vivra. Le processus ne sera pas une coupure nette, plutôt un fondu, qui va l'atteindre de nuit, puis de jour.

Sa mère, midinette irresponsable (Laure Calamy, impeccable) aimerait qu'elle passe «le meilleur été de sa vie» sur une plage basque et s'…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Changements à vue
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]