Changement des règles dans la publicité : les gagnants et les perdants

Changement des règles dans la publicité : les gagnants et les perdants
A lire aussi

LesEchos, publié le jeudi 12 octobre 2017 à 18h38

Des publicités pour des promotions dans le supermarché local ? Des spots différents selon que le téléspectateur est une femme marseillaise ou un retraité vosgien ? C'est peut-être ce que l'on verra à la télévision demain. En tout cas, le ministère de la Culture y réfléchit, lui qui a lancé fin août une consultation publique, qui se clôt ce vendredi, sur un éventuel allégement de la réglementation publicitaire à la télévision.

L'un des points de cette consultation portait sur les secteurs interdits de publicité sur le petit écran (sauf particularités sur les chaînes cryptées et le câble). Jusqu'à présent, trois sont bannis de la télévision : les opérations de promotion de la distribution, l'édition et le cinéma.

Mais si ces secteurs pouvaient investir en…

Lire la suite sur LesEchos

 
2 commentaires - Changement des règles dans la publicité : les gagnants et les perdants
  • La publicité est déjà surabondante à la télévision, scandaleusement surabondante... Je ne regarde personnellement plus le tennis avec une pub tous les deux jeux; pas plus que les films ou les feuilletons entrecoupés de deux pubs de 6 minutes.
    Finalement, il est probable que je ne regarderai plus du tout la télé

  • Le Ministère de la Culture et le CSA feraient mieux de se pencher sur le fait que certaines chaînes de la TNT diffusent rediffusions sur rediffusions à longueur d'année, notamment l'après-midi (par exemple Inspecteur Barnaby, Maigret, Hercule Poirot, Columbo, je ne parle pas des navets d'origine américaine destinés aux débiles mentaux). Les programmes doivent être amortis depuis le temps qu'on nous les diffuse.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]